En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Logo Principal DepartementEAtexte

Publier la Science

Edito PLAS 7

Le crowdfunding pour financer l’accès à la science ?

Par Mathieu Andro, Ingénieur numérisation et text mining à l’Inra

Le mouvement de l’open access, ou ‘accès libre’ des publications scientifiques, a été initié après 1970 par les physiciens pour communiquer rapidement leurs résultats[1]. En juin 2012, le rapport Finch propose la généralisation d’un modèle spécifique d’open access au Royaume-Uni, le gold open access[2]. Avec ce modèle ce ne sont plus les lecteurs qui paient l’accès aux articles par abonnement, mais les auteurs et leurs institutions. En outre, pour le gold open access c’est la version finale de l’article, c’est à dire le document mis en forme, qui est mis en accès libre immédiatement par l’éditeur, par opposition au green open access qui consiste pour l’auteur à publier une version préalable sur une archive libre et généralement après une période d’embargo. Les conséquences de cette transition d’un modèle lecteur-payeur vers un modèle auteur-payeur pour un organisme de recherche comme l’Inra ont été publiés[3]. Le modèle auteur-payeur pose en particulier le problème du financement des publications par les chercheurs dont les moyens varient très largement selon la discipline et le pays.

plas7_edito

Une solution serait le développement du crowdfunding, ou financement participatif. Par exemple, l’Inra participe au projet Numalire de financement participatif pour la numérisation de livres anciens[4]. Inspiré du modèle ancien de la souscription publique, il s’agit ici de proposer à des internautes de financer la numérisation d’un livre. Ainsi l’Inra ouvre sa politique documentaire aux amateurs, aux mécènes et aux investisseurs qui cherchent un retour en terme de trafic internet. Ce dispositif permet à l’argent public d’être mieux utilisé en se concentrant sur des documents patrimoniaux ou scientifiques qui ne sont pas pris en charge par le privé. D’autres initiatives existent comme le projet participatif unglue.it qui permet de ‘décoller’ des livres numériques pour les rendre accessibles au public. On pourrait par conséquent imaginer le financement des publications scientifiques en open access par les internautes, d’autant que l’argent public pour la recherche se raréfie. Les articles comporteraient la mention ‘libéré’ ainsi que les noms des mécènes.

Mathieu Andro

mathieu.andro (arobase) versailles.inra.fr

[1]http://en.wikipedia.org/wiki/Open_access

[2] Finch et al. 2012. Accessibility, sustainability, excellence: how to expand access to research publications. Report of the Working Group on Expanding Access to Published Research Findings, 140 p.

[3] Andro et al. 2014. Estimation des dépenses de publication de l'Inra dans un modèle théorique "gold open access". Documentaliste, Sciences de l'Information 51(4), 70-79.

[4] Andro et al. 2014. Numalire, une expérimentation de numérisation à la demande du patrimoine conservé par les bibliothèques sous la forme de financements participatifs (crowdfunding). Bulletin des Bibliothèques de France. 2 octobre, 9 p.