En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Logo Principal ANR Vegepolys Advencity

Jardins associatifs urbains et villes durables

Présentation du projet

Les jardins associatifs urbains sont des formes de potagers mises en valeur et gérées de manière collective par une communauté de jardiniers, le plus souvent à des fins d’autoconsommation familiale, à distance du lieu d’habitation de ses membres. Sous des appellations, des statuts et des configurations variés, ces jardins sont en pleine expansion dans de nombreux pays industrialisés et notamment en France. Le projet JASSUR se propose d’étudier de façon interdisciplinaire :

  • leurs fonctions,
  • leurs usages,
  • leurs modes de fonctionnement,
  • leurs avantages ou leurs dangers potentiels.

Le projet JASSUR entend ainsi identifier les modes d’action nécessaires au maintien voire à la restauration, au développement ou à l’évolution de ces jardins associatifs sur des territoires urbains confrontés aux défis de la durabilité.

Pour ce faire, il s’appuie sur un consortium de 12 partenaires de la recherche et du monde associatif dans sept agglomérations françaises :

Lille, Grand Lyon, Marseille, Grand Nancy, Nantes, Paris/Ile-de-France, Grand Toulouse.

Le projet JASSUR se fonde sur une question centrale : quels services assurent les jardins associatifs urbains dans le développement durable des villes? Ces services éco-systémiques rendus à la ville, dans la complétude de l’acception de ce terme proposée par le Millenium Ecosystem Assessment (approvisionnement, régulation, soutien, services culturels) sont encore très mal connus.

Face aux connaissances à élaborer pour les renseigner, le projet JASSUR fait l’hypothèse que l’étude des services alimentaires rendus par ces jardins associatifs urbains constitue un trait d’union entre :

  • une caractérisation bio-physico‐chimique des sols et des produits issus de ces jardins : la question des risques potentiels de pollution dus au contexte urbain (sols, atmosphère) est ici centrale, car pouvant contrecarrer le service d’approvisionnement alimentaire ;
  • une caractérisation socio-technique des pratiques des jardiniers, tant dans le choix des cultures, de leurs modes de conduite technique que dans les formes qualitativement et quantitativement variées de participation des produits du jardin à l’alimentation et à la bonne nutrition familiale ;
  • une caractérisation socio-politique de la gouvernance de ces espaces dans les agglomérations, notamment en termes de gestion des localisations, des modes de fonctionnement, des risques environnementaux et sanitaires éventuels.