En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Logo Réseau Nacre

Réseau NACRe - Réseau National Alimentation Cancer Recherche

Réseau NACRe

Le WCRF et l’AICR actualisent les niveaux de preuve des relations nutrition et cancer du sein

15 juin 2017

Actualisation WCRF AICR nutrition et cancer du sein 2017
© Fotolia/Axel Kock, 2017
Ce rapport confirme, avec un niveau de preuve jugé convaincant ou probable, que la consommation de boissons alcoolisées et la taille à l’âge adulte sont associées à une augmentation du risque de cancer du sein avant et après la ménopause, et que la surcharge pondérale et la prise de poids à l’âge adulte sont associées à une augmentation du risque de cancer du sein après la ménopause.

Contexte

En collaboration avec l’Imperial College (Londres), le World Cancer Research Fund (WCRF) et l’American Institute for Cancer Research (AICR) actualisent le rapport d’experts de 2007 de manière séquentielle pour toutes les localisations de cancer. Le présent rapport sur le cancer du sein correspond à la 2ème actualisation (un 1er rapport d’actualisation avait déjà été publié en 2010).

Méthodologie

L’actualisation relative au cancer du sein repose sur la revue systématique des études de cohorte et des essais randomisés contrôlés publiés jusqu’au 30 avril 2015. En plus des 556 publications analysées lors de la précédente actualisation, 344 nouvelles publications ont été identifiées, soit un total de 900 publications prises en compte dans cette évaluation (871 études de cohorte, 18 analyses poolées et 11 essais randomisés contrôlés). Ces études portent soit sur le risque de cancer du sein soit sur la mortalité par cancer du sein.

Comme dans le précédent rapport, les cancers du sein avant la ménopause et après la ménopause sont examinés séparément.

Niveaux de preuve

Cancer du sein avant la ménopause

Un nouveau niveau de preuve est établi :

  • Un niveau de preuve probable est établi pour la diminution du risque de cancer du sein associée à la pratique d’une activité physique de forte intensité.

Plusieurs niveaux de preuve sont renforcés :

  • Un niveau de preuve convaincant est établi pour l’augmentation du risque de cancer du sein associée à la taille à l’âge adulte (en 2010, le niveau de preuve était jugé probable).
  • Un niveau de preuve suggéré est établi pour la diminution du risque de cancer du sein associée à des facteurs (dont le niveau de preuve était non concluant en 2010) : consommations de légumes, de produits laitiers, d’aliments contenant des caroténoïdes et alimentation riche en calcium.

Deux niveaux de preuve sont minorés :

  • L’allaitement est associé à une diminution du risque de cancer du sein avec un niveau de preuve probable (en 2010, le niveau de preuve était jugé convaincant).
  • Un niveau de preuve probable est établi pour l’augmentation du risque de cancer du sein associée à la consommation de boissons alcoolisées (en 2010, le niveau de preuve était jugé convaincant).

Les autres niveaux de preuve sont inchangés :

  • Le niveau de preuve probable de la diminution du risque de cancer du sein associée à la surcharge pondérale, notamment entre 18 et 30 ans;
  • Le niveau de preuve probable de l’augmentation risque de cancer du sein associée à un poids à la naissance plus élevé ;
  • Le niveau de preuve limité de la diminution du risque de cancer du sein associée à la pratique d’activité physique.

Cancer du sein après la ménopause

Un nouveau niveau de preuve est établi :

  • Un niveau de preuve probable est établi pour la diminution du risque de cancer du sein associée à la surcharge pondérale entre 18 et 30 ans.

Plusieurs niveaux de preuve sont renforcés :

  • Un niveau de preuve convaincant est établi pour l’augmentation du risque de cancer du sein associée à la prise de poids à l'âge adulte (en 2010, le niveau de preuve était jugé probable).
  • Un niveau de preuve suggéré est établi pour la diminution du risque de cancer du sein associée à des facteurs (dont le niveau de preuve était non concluant en 2010) : consommations de légumes, d’aliments contenant des caroténoïdes, et alimentation riche en calcium.

Un niveau de preuve est minoré :

  • L’allaitement est associé à une diminution du risque de cancer du sein avec un niveau de preuve probable (en 2010, le niveau de preuve était jugé convaincant).

Les autres niveaux de preuve sont inchangés :

  • Le niveau de preuve convaincant de l’augmentation du risque de cancer du sein associée à la consommation de boissons alcoolisées, à la surcharge pondérale à l'âge adulte, et à la taille à l’âge adulte ;
  • Le niveau de preuve probable de la diminution du risque de cancer du sein associée à la pratique d’activité physique.

Niveau de preuve des relations entre les facteurs nutritionnels et le cancer du sein (rapport CUP WCRF/AICR 2017)

Diminution du risque
Augmentation du risque

Avant ménopause

Après ménopause

Avant ménopause

Après ménopause

Convaincant

Taille à l’âge adulte*

Boissons alcoolisées
Surcharge pondérale à l'âge adulte**
Prise de poids à l'âge adulte
Taille à l’âge adulte*

Probable

Activité physique de forte intensité
Surcharge pondérale (entre 18 et 30 ans)**
Allaitement

Activité physique
Surcharge pondérale (entre 18 et 30 ans)**
Allaitement

Boissons alcoolisées
Poids à la naissance plus élevé

Suggéré

Légumes
Produits laitiers
Aliments contenant des caroténoïdes
Alimentation riche en calcium
Activité physique quotidienne

Légumes
Aliments contenant des caroténoïdes
Alimentation riche en calcium

*La taille à l’âge adulte est un marqueur pour les facteurs génétiques, environnementaux, hormonaux et aussi nutritionnels qui affectent la croissance pendant la période allant de la préconception à la fin de la croissance linéaire.
**L’indice de masse corporelle est défini comme le rapport poids (kg) / taille au carré (m²). Surpoids : IMC compris entre 25 et 30 kg/m² ; obésité : IMC supérieur ou égal à 30 kg/m²

Conclusion

Le cancer du sein fait partie des nombreuses localisations de cancer associées, avec un niveau de preuve convaincant ou probable, à la consommation de boissons alcoolisées. De plus, les cancers du sein après la ménopause (qui sont les plus fréquents) sont associés à la surcharge pondérale et à la prise de poids, à l'âge adulte.

Ces dernières données issues du rapport d’actualisation WCRF/AICR 2017 concernant le cancer du sein confirment une nouvelle fois l’importance d’une alimentation équilibrée et diversifiée, la pratique d’une activité physique régulière afin d’éviter la surcharge pondérale et la prise de poids à l'âge adulte, ainsi que de la diminution de la consommation de boissons alcoolisées.

Sur les sites du WCRF (www.wcrf.org et www.dietandcancerreport.org)

 

Sur le site du réseau NACRe