En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Logo Réseau Nacre

Réseau NACRe - Réseau National Alimentation Cancer Recherche

Réseau NACRe

Prévention de la prise de poids et prise en charge de la surcharge pondérale pendant et après le traitement du cancer du sein

Au cours du traitement du cancer du sein, la prise de poids concerne près d'une patiente sur deux. Cette prise de poids augmente le risque de récidive, de second cancer, de mortalité liée au cancer initial et de mortalité toutes causes confondues. C'est pourquoi elle doit être évitée ou limitée.

1. Fréquence de la prise de poids au cours du cancer du sein

Chez les femmes traitées pour un cancer du sein, la prise de poids au décours du traitement (chimiothérapie ou hormonothérapie) est fréquente. Elle concerne près d’une patiente sur deux. Elle est en moyenne de 3 kg, dépasse 5 kg pour un tiers des patientes et persiste dans le temps.

2. Risques associés à la prise de poids pendant le traitement du cancer du sein

Le surpoids ou l’obésité au diagnostic d’un cancer du sein et la prise de poids en cours de traitement augmentent les risques de récidive, de second cancer, de mortalité liée au cancer initial et de mortalité toutes causes confondues.

3. Prévenir la prise de poids

C’est pourquoi, il est important d'inciter les patientes à maintenir leurs poids pendant et après le traitement [1].Ceci passe par :

  • une alimentation adaptée : il convient de réduire les apports énergétiques, c’est-à-dire privilégier les aliments à faible densité énergétique tels que les légumes et les fruits et limiter les aliments gras et/ou sucrés ;
     
  • et une activité physique adaptée : le cancer modifie souvent radicalement la vie au cours des traitements (arrêt de travail, arrêt du sport…) et la diminution de l’activité est un facteur important de la prise de poids. Il est important d’essayer de maintenir une activité physique régulière, de continuer les activités sportives antérieures ou de les remplacer par d’autres activités physiques plus adaptées. Pour les patientes qui étaient peu actives avant la maladie, il convient d’essayer de marcher régulièrement à son rythme en augmentant progressivement les distances selon ses capacités.

4. Recommandations après traitement d’un cancer du sein au stade précoce 

Pour des patientes en surpoids ou obèses, il est recommandé :

  • de proposer une consultation diététique afin de les faire bénéficier de conseils diététiques personnalisés ;
     
  • d’éviter toute prise de poids supplémentaire ;
     
  • de suivre un programme de réduction pondérale. Il devra être tenu compte des risques liés aux pratiques d’amaigrissement selon les recommandations Anses 2010 [2] ;
     
  • d’adapter le régime alimentaire en privilégiant les aliments à faible densité énergétique (fruits, légumes) et en limitant les aliments gras et les aliments sucrés ;
     
  • d’augmenter leur activité physique compatible avec le traitement en cours.

5. Références

[1] Recommandations pour la pratique clinique : Nice, Saint-Paul de Vence 2009 «cancers  du sein» et «soins de support». Partie II – Soins de support. Nutrition. Oncologie 2009, 11 :711-727

[2] Evaluation des risques liés aux pratiques alimentaires d’amaigrissement. Rapport d’expertise collective Anses 2010, 1-160. Disponible sur www.anses.fr.
 

Pour en savoir plus