En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Logo Réseau Nacre

Réseau NACRe - Réseau National Alimentation Cancer Recherche

Réseau NACRe

5. Place de la pharmaconutrition

Nutrition chez le patient adulte atteint de cancer (recommandations SFNEP 2012)

<<< Retour à l'ensemble des recommandations

En chirurgie

Les données de la littérature objectivent une réduction significative de la morbidité postopératoire par l’utilisation de certains pharmaconutriments :

  • en préopératoire d’une chirurgie digestive oncologique programmée et à risque, que le patient soit dénutri ou non, il est recommandé de prescrire pendant 5 à 7 jours, un mélange nutritif utilisable par voie digestive contenant une association de pharmaconutriments (L-arginine, acides gras oméga-3 et nucléotides) (grade A) ;
  • en préopératoire d’une chirurgie oncologique programmée, il n’est pas recommandé de prescrire de la glutamine quelle que soit la voie d’administration (grade B) ;
  • en postopératoire d’une chirurgie digestive oncologique à risque :
    • chez le patient non dénutri, il n’est pas recommandé de prescrire, un mélange nutritif utilisable par voie digestive contenant une association de pharmaconutriments (L-arginine, acides gras oméga-3 et nucléotides) (grade A) ;
    • chez le patient dénutri, il est recommandé de poursuivre la prescription d’un mélange nutritif utilisable par voie digestive contenant une association de pharmaconutriments (L-arginine, acides gras oméga-3 et nucléotides). Il faut compléter cette pharmaconutrition par un apport protéino-énergétique suffisant pour couvrir les besoins nutritionnels du patient (grade A) ;
  • en postopératoire de chirurgie oncologique des voies aérodigestives supérieures, il est recommandé de prescrire une pharmaconutrition enrichie en arginine (grade B) ;
  • en postopératoire d’une chirurgie oncologique programmée non compliquée, il n’est pas recommandé de prescrire de la glutamine quelle que soit la voie d’administration (grade B) ;
  • en postopératoire d’une chirurgie oncologique programmée compliquée nécessitant une nutrition parentérale, il est recommandé de prescrire de la glutamine par voie intraveineuse, à forte dose (0,2 à 0,4 g/kg par jour soit 0,3 à 0,6 g/kg par jour de glutamine sous forme de dipeptide) sans dépasser 21 jours (grade B) ;
  • en périopératoire d’une chirurgie oncologique programmée, il n’est pas recommandé de prescrire systématiquement des émulsions lipidiques enrichies en acides gras oméga-3 (grade C).

En radiothérapie ou radiochimiothérapie à visée curative

En radiothérapie ou radiochimiothérapie à visée curative, l’objectif de la pharmaconutrition est de permettre la réalisation complète du traitement anticancéreux, en réduisant les toxicités aiguës en particulier les mucites.

Même si les données de la littérature objectivent de nouvelles perspectives de traitement, une complémentation en pharmaconutriment (isolé ou en association) n’est pas recommandée (grade C). Il est recommandé la réalisation d’essais comparatifs avec un nombre suffisant de malades (avis d’experts).

En chimiothérapie

En chimiothérapie, la complémentation du mélange nutritif par des pharmaconutriments (par voie orale ou parentérale) n’est pas recommandée (grade C). Une complémentation par les acides gras oméga-3 n’est pas recommandée (avis d’experts). Cependant, en raison d’un possible effet anti-prolifératif des acides gras oméga-3 et d’un effet significatif sur le contrôle de la perte de poids, la réalisation d’essais cliniques comparatifs évaluant la survie et la qualité de vie est nécessaire (avis d’experts).

En situation de greffes de cellules souches hématopoïétiques

  • au cours des allogreffes de moelle, lorsque la nutrition parentérale est nécessaire, la complémentation du mélange nutritif par la glutamine à une dose de 0,3 à 0,6 g/kg par jour (soit 0,45 à 0,90 g/kg par jour de dipeptide) est recommandée (grade B). Au cours des autogreffes de moelle, lorsque la nutrition parentérale est nécessaire, la complémentation du mélange nutritif par la glutamine n’est pas recommandée (grade C) ;
  • au cours des allogreffes et des autogreffes de moelle, en l’absence de nutrition parentérale, la complémentation en glutamine par voie orale à la dose de 20 g par jour est recommandée (grade C) ;
  • la durée totale de complémentation par la glutamine recommandée est de 21 jours (avis d’experts).

En situation palliative ou palliative avancée

Dans cette situation, l’utilisation de compléments nutritionnels oraux enrichis en acides gras oméga-3 n’a pas apporté de preuve d’amélioration de la qualité de vie ou de la survie.

Chez le malade cachectique hors chimiothérapie, en situation palliative ou palliative avancée, et dans l’objectif de limiter la perte de poids, l’utilisation de compléments nutritionnels oraux enrichis en acides gras oméga-3 (2 g par jour d’acide eicosapentaénoïque pendant 8 semaines) est recommandée (grade B). L’utilisation de compléments alimentaires enrichis en acides gras oméga-3 n’est pas recommandée (avis d’experts).