En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Logo Réseau Nacre

Réseau NACRe - Réseau National Alimentation Cancer Recherche

Réseau NACRe

Estimations de l'incidence et de la mortalité par cancer en France, en Europe et dans le monde

Dans le cadre de la surveillance de l'état de santé d'une population, la surveillance épidémiologique des cancers permet le pilotage et l'évaluation des mesures de prévention et de prise en charge des cancers par les décideurs. L'incidence et la mortalité sont des indicateurs de la surveillance épidémiologique des cancers. Que mesurent-elles ? Comment sont-elles évaluées à l'échelle française, européenne et mondiale ? Et quelles sont les dernières estimations disponibles ? Vous trouverez ici les réponses à ces questions.

SOMMAIRE

1. Incidence et mortalité par cancer en France

2. Incidence et mortalité par cancer en Europe

3. Incidence et mortalité par cancer dans le monde

4. Références

5. Pour en savoir plus

L’incidence et la mortalité mesurent respectivement la fréquence de survenue de nouveaux cas et celle des décès par cancer dans une population donnée. Ces mesures se présentent sous la forme d’effectifs (nombre de cas incidents ou de décès), de taux bruts (effectifs rapportés à la population étudiée), ou de taux standardisés sur l’âge (effectifs rapportés à la structure d’âge d’une population de référence).

NB : Les taux standardisés permettent de s’affranchir des effets liés à l’augmentation de la population et à son vieillissement pour pouvoir comparer des données de mortalité ou d’incidence d’une période à une autre ou d’un pays à un autre.

1. Incidence et mortalité par cancer en France

Dispositif de surveillance épidémiologique des cancers

En France, la surveillance épidémiologique des cancers a été confiée à l'Institut de Veille Sanitaire (InVS) par la loi n° 98-535 du 1er juillet 1998 relative au renforcement de la veille sanitaire et du contrôle de la sécurité sanitaire des produits destinés à l'homme. Elle est assurée par un réseau animé par l'InVS comprenant notamment les registres du cancer du réseau FRANCIM, le service de biostatistique des Hospices Civils de Lyon (HCL), l’Institut National du Cancer (INCa), et le Centre d'épidémiologie sur les causes médicales de décès (CépiDc) de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm).

Estimation de l’incidence et de la mortalité par cancer

En France, les données de mortalité par cancer sont fournies par le CépiDc de l’Inserm qui dispose des données sur les causes médicales de décès pour l’ensemble du territoire. En revanche, les données d’incidence proviennent des registres des cancers qui ne couvrent qu’une partie du territoire correspondant actuellement à 20 % de la population française. Le recours à une méthode statistique appropriée permet d’extrapoler ces données locales à la France entière (tableau 1).

Tableau 1 : estimation de l'incidence et de la mortalité par cancer en France en 2012 [1]

Incidence

Mortalité

Tous cancers

355 354

148 378

Homme

200 350

85 255

Femme

155 004

63 123

Cancers les plus fréquents

Prostate (homme)

56 841*

8 876

Sein (femme)

48 763

11 886

Côlon-rectum

42 152

17 722

Poumon

39 495

29 949

* Cette estimation repose sur une hypothèse de stabilité des taux d’incidence du cancer de la prostate entre 2009 et 2012.

Incidence

En 2012, le nombre de nouveaux cas de cancers en France métropolitaine a été estimé à 355 000 dont 200 000 (56 %) chez les hommes et 155 000 (44 %) chez les femmes [1].

Quatre localisations représentent à elles seules plus de la moitié des nouveaux cas :

  • cancer de la prostate (56 800 cas), le plus fréquent chez l’homme ;
  • cancer du sein (48 800 cas), le plus fréquent chez la femme ;
  • cancer du côlon-rectum (42 200 cas, hommes et femmes confondus) ;
  • cancer du poumon (39 500 cas, hommes et femmes confondus).

En 2012, le taux standardisé d’incidence pour la France (rapporté à la structure d’âge de la population mondiale, et exprimé pour 100 000 personnes-années) est également plus élevé chez les hommes (362,6), que chez les femmes (252,0).

Mortalité

Depuis 2004, les cancers sont devenus la cause de décès la plus fréquente. Ils représentent la première cause de mortalité chez l’homme (un décès sur trois), et la deuxième chez la femme (un décès sur quatre) [2].

En 2012, le nombre de décès par cancer en France métropolitaine est estimé à 148 000 (85 000 chez les hommes et 63 000 chez les femmes). Le cancer le plus meurtrier reste le cancer du poumon (30 000 décès) (tableau 1).

Le taux standardisé de mortalité pour la France (rapporté à la structure d’âge de la population mondiale, et exprimé pour 100 000 personnes-années) est également plus élevé chez les hommes (133,6), que chez les femmes (73,2) [1].

Évolution entre 1980 et 2012

Tableau 2 : Évolution de l'incidence et de la mortalité par cancer en France entre 1980 et 2012 [1]

Incidence

Taux d'incidence

Mortalité

Taux de mortalité
(évolution annuelle)

Homme

+ 107,6 %

+ 27,9 %

+ 11 %

- 1,5 %

Femme

+ 111,4 %

+ 42,9 %

+ 20,3 %

- 1,0 %

Le nombre de nouveaux cas de cancers estimé en 2012 a doublé depuis 1980 (+ 107,6 % chez l’homme et + 111,4 % chez la femme). Cette augmentation est naturellement liée à l’accroissement de la population et à son vieillissement, mais également à l’amélioration du dépistage et du diagnostic, et à l’augmentation de l’exposition à des facteurs de risque.

Le nombre de décès par cancer a augmenté de 11 % chez l'homme et de 20,3 % chez la femme entre 1980 et 2012. Cette augmentation est attribuable à l’évolution démographique (augmentation et vieillissement de la population). En revanche, le taux de mortalité par cancers a diminué (en moyenne 1,5 % par an chez les hommes et 1,0 % par an chez les femmes). Cette diminution est plus marquée chez l’homme où elle est essentiellement liée à la diminution de la consommation d’alcool et de tabac.

Cependant, les estimations toutes localisations de cancer confondues masquent des disparités d’évolution au cours des 30 dernières années de l’incidence et de la mortalité pour les différentes localisations étudiées :

  • Évolution divergente (augmentation de l’incidence et diminution de la mortalité) résultant d’une meilleure détection (ex : cancer du sein) ou d’un sur-diagnostic (difficilement quantifiable pour le cancer de la prostate) entraînant une augmentation du nombre de cas diagnostiqués, alors que le risque de cancer augmente de façon plus modeste.
  • Évolution favorable (diminution de l’incidence et de la mortalité) pour :
    • le cancer de l’estomac (modifications des habitudes alimentaires et diminution de la prévalence de l’infection à Helicobacter pylori, l’un des facteurs de risque de cancer de l’estomac) ;
    • les cancers de l’œsophage, de la lèvre-cavité orale-pharynx et du larynx chez l’homme (diminution de la consommation de tabac et d’alcool qui sont les principaux facteurs de risque de ces cancers) ;
    • le cancer du col de l’utérus chez la femme (diagnostic de lésions et de cancers à un stade précoce grâce à la pratique du dépistage par frottis cervico-utérin).
  • Évolution préoccupante (augmentation de l’incidence et de la mortalité), notamment pour le cancer du poumon chez la femme, avec une augmentation moyenne depuis 1980 de plus de 5 % par an de l’incidence et de près de 4 % par an pour la mortalité.

2. Incidence et mortalité par cancer en Europe

Dispositif de surveillance épidémiologique des cancers

L’Observatoire Européen du Cancer (OEC) du Centre International de Recherche sur la Cancer (CIRC) a été lancé le 5 mai 2009. Il permet de compiler les bases de données existantes, d'unifier les méthodologies de saisie et d'exploiter les différents registres sur le cancer au niveau européen afin de comparer, analyser et diffuser les informations recueillies. Cette initiative s'inscrit dans le cadre des projets structurants d'envergure (plateformes technologiques) du Cancéropôle Lyon-Rhône-Alpes Auvergne (CLARA). Depuis 2013, l’OEC regroupe sur un même site web les estimations pour 40 pays et 25 sites de cancer. Ce site web destiné aux journalistes, aux médecins, aux pouvoirs publics, aux scientifiques et au grand public, permet un accès et une utilisation simple des données compilées.

Estimation de l’incidence et de la mortalité par cancer

Les données présentées sur le site de l’OEC sont celles publiquement mises à disposition par les registres du cancer et par les offices nationaux de mortalité. On y retrouve notamment le détail des données d’incidence et de mortalité disponibles par pays, et les populations couvertes par les registres du cancer. Ces données sont régulièrement mises à jour*, selon les données transmises par les registres du cancer au CIRC et par les offices nationaux de mortalité à l’OMS. Afin de tenir compte du nombre d’habitants dans chaque pays chaque année, et des structures d’âges différentes dans chaque pays, les nombres de cas et de décès sont transformés en taux d’incidence et en taux de mortalité pour 100 000 personnes ajustés sur l’âge de la population standard européenne.

*Date d'extraction des données : 20/10/2015

Tableau 3 : estimation de l'incidence et de la mortalité par cancer dans l'Union européenne en 2012 [3]

Incidence

Mortalité

Tous cancers (sauf cancers de la peau non mélanomes)

2 612 332

1 262 976

Homme

1 417 495

707 755

Femme

1 194 837

555 221

Cancers les plus fréquents

Sein (femme)

358 967

90 665

Prostate (homme)

343 174

71 033

Côlon-rectum

342 137

150 036

Poumon

309 589

264 907

Incidence

En 2012, le nombre de nouveaux cas de cancers dans l’Union européenne (27 pays) a été estimé à près de 2 612 000 dont 1 417 000 (54 %) chez les hommes et 1 195 000 (46 %) chez les femmes.

Les quatre localisations les plus fréquentes en France représentent également plus de la moitié des nouveaux cas à l’échelle de l’Union européenne :

  • le cancer du sein (13,74 %),
  • le cancer de la prostate (13,14 %),
  • le cancer du côlon et du rectum (13,10 %),
  • le cancer du poumon (11,85 %).

Le taux standardisé d’incidence pour la France (rapporté à la structure d’âge de la population européenne, et exprimé pour 100 000 personnes-années) est le 5ème de l’Union européenne chez les hommes (507,9), et le 10ème chez les femmes (351,9). Les disparités nationales de l’incidence des cancers pour les deux sexes en Europe sont illustrées sur la figure 2. Elles diffèrent aussi par localisation de cancer [3].

Figure 2 : taux standardisés d’incidence (par rapport à la population européenne), tous cancers sauf les cancers de la peau non mélanomes chez les deux sexes en Europe en 2012[3]

Carte incidence tous cancers Europe 2012

Mortalité

Le nombre de décès par cancer dans l’Union Européenne a été estimé à près de 1 263 000 pour l’année 2012 (708 000 chez les hommes et 555 000 chez les femmes). Le cancer le plus meurtrier en Europe est le cancer du poumon (265 000 décès) suivi par les cancers du côlon-rectum (150 000), du sein (91 000) et de la prostate (71 000) [3].

3. Incidence et mortalité par cancer dans le monde

La base de données GLOBOCAN, publiée par le CIRC permet d’accéder aux estimations d’incidence, de mortalité et de prévalence des principaux cancers dans le monde. La base de données couvre actuellement 184 pays [4].

Le nombre de nouveaux cas de cancer dans le monde a été estimé à 14,1 millions pour l’année 2012 (dont 57 % soit 8 millions dans les pays les moins développés) avec une projection à 26,4 millions pour l’année 2030.

Le nombre de décès par cancer dans le monde a été estimé à 8,2 millions pour l’année 2012 (dont 65 % soit 5,3 millions dans les pays les moins développés) avec une projection à 13 millions pour l’année 2030.

Au niveau mondial, le cancer le plus fréquent et le plus meurtrier est le cancer du poumon chez l’homme et le cancer du sein chez la femme.

4. Références

[1] Binder-Foucard F, Belot A, Delafosse P, Remontet L, Woronoff AS, Bossard N. Estimation nationale de l’incidence et de la mortalité par cancer en France entre 1980 et 2012. Partie 1 – Tumeurs solides. Saint-Maurice (Fra) : Institut de veille sanitaire, 2013. 122 p. Disponible sur : http://www.invs.sante.fr.

[2] Inserm-CépiDc. Base des données sur les causes de décès de 1979 à 2011. Disponible sur : http://www.cepidc.inserm.fr.

[3] International Agency for Research on Cancer. European Cancer Observatory (OEC). Disponible sur : http://eco.iarc.fr.

[4] Ferlay J, Soerjomataram I, Ervik M et al. GLOBOCAN 2012 v1.0, Cancer Incidence and Mortality Worldwide: IARC Cancer Base No. 11. Lyon: IARC. Disponible sur : http://globocan.iarc.fr.

5. Pour en savoir plus

  • Institut National du Cancer. Les cancers en France – Edition 2014. Boulogne-Billancourt: INCa; 2015. Disponible sur : http://www.e-cancer.fr
  • CANCERMondial, le site Web du CIRC dédié aux statistiques d’incidence et de mortalité par cancers dans le monde : http://www-dep.iarc.fr/