En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Logo Réseau Nacre

Réseau NACRe - Réseau National Alimentation Cancer Recherche

Réseau NACRe

Le cancer colorectal : dépister mais aussi prévenir !

01 décembre 2016

Depistage cancer colorectal 2016
© INCa, 2016
L’INCa relance la campagne d’information sur le dépistage organisé du cancer colorectal. A cette occasion, le réseau NACRe attire votre attention sur les facteurs nutritionnels associés au risque de cancer colorectal.

Le dépistage du cancer colorectal

Le cancer colorectal (du côlon et du rectum) touche les hommes et les femmes. En France, pour l’année 2015, le nombre de nouveaux cas de cancer colorectal a été estimé à 43 000 et le nombre de décès à 17 500. C’est le 2ème cancer le plus meurtrier, après le cancer du poumon.

Un test immunologique, simple et rapide, est disponible depuis 2015 dans le cadre du dépistage organisé du cancer colorectal. Une nouvelle campagne de l’Institut national du cancer (INCa), en partenariat avec le Ministère des Affaires sociales et de la Santé, fait suite à celle de mars 2016, pour relancer la participation au dépistage organisé.

Les recommandations actuelles

Entre 50 et 74 ans, pour les personnes n’ayant pas de symptômes ou de facteurs de risque, il est conseillé de faire un test immunologique tous les deux ans. Si le test est positif, il faudra le compléter avec une coloscopie afin de détecter d'éventuelles lésions.

Lorsque le cancer colorectal est pris en charge à un stade précoce, la survie à 5 ans dépasse les 90 %. De plus, les traitements utilisés sont moins lourds, permettant une meilleure qualité de vie. C’est pourquoi le dépistage tous les deux ans est nécessaire afin de commencer les traitements le plus tôt possible dès la détection d’un cancer.

Cancer colorectal : quels sont les facteurs de risque ?

En amont du dépistage, il est essentiel de favoriser la prévention du cancer colorectal.

Les principaux facteurs de risque de cancer colorectal sont :

  • L'âge
  • Les antécédents personnels de cancer colorectal
  • Les antécédents familiaux de cancer colorectal
  • Les habitudes de vie
  • La présence de polypes
  • La polypose adénomateuse familiale
  • Le syndrome de Lynch ou HNPCC
  • Les maladies inflammatoires

Qu’en est-il des facteurs nutritionnels ?

Parmi les facteurs du mode vie, les facteurs nutritionnels jouent un rôle important

Pour plusieurs facteurs nutritionnels, des niveaux de preuve convaincants ou probables ont été établis en 2011 par le World Cancer Research Fund (WCRF) et l’American Institute for Cancer Research (AICR) puis actualisés en 2015 (Rapport INCa 2015) : ces évaluations indiquent que l’alcool, la surcharge pondérale (surpoids et obésité) et les viandes rouges et charcuteries augmentent le risque de cancer colorectal ; à l’inverse, l’activité physique, les aliments contenant des fibres (légumes et fruits, produits céréaliers complets, légumineuses) et les produits laitiers réduisent le risque de cancer colorectal.

Niveaux de preuve établis ou confirmés récemment pour les relations entre facteurs nutritionnels* et cancer colorectal :

WCRF/AICR 2011**

INCa 2015

Boissons alcoolisées

Convaincant
(homme)
Probable
(femme)
Convaincant
(homme)
Probable
(femme)

Surcharge pondérale

Convaincant
Convaincant

Viandes rouges

Convaincant
Convaincant

Charcuteries

Convaincant
Convaincant

Activité physique

Convaincant
Convaincant
(côlon)

Aliments contant des fibres

Convaincant
Convaincant

Produit laitiers

Probable
(lait)
Probable

*En rouge, les facteurs augmentant le risque de cancer ; en vert, les facteurs réduisant le risque.

**Le WCRF et l’AICR estiment que la part des cancers colorectaux évitables grâce à la prévention nutritionnelle est de 47 % aux Etats-Unis et de 45 % au Royaume-Uni.

Le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) a également réalisé des évaluations pour quelques facteurs nutritionnels :

  • les boissons alcoolisées ont été classées cancérogènes pour l’homme (groupe 1) (CIRC 2012)
  • les charcuteries ont été classées cancérogènes (groupe 1) et les viandes rouges probablement cancérogènes pour l’homme (groupe 2A) (CIRC 2015)
  • le niveau de preuve jugé suffisant de l’effet protecteur de l’absence de prise de poids à l’égard de plusieurs cancers, dont le cancer colorectal, a été confirmé (CIRC 2016)

Bien que les conclusions du CIRC soient formulées différemment, elles sont cohérentes avec les évaluations WCRF/AICR et INCa.

Pour accroître la prévention nutritionnelle du cancer colorectal, il convient de réduire le poids des facteurs de risque et d’accroître celui des facteurs protecteurs :

Facteurs nutritionnel Cancer colorectal dépistage 2016

Conclusion

Prévenir et dépister le cancer colorectal est un enjeu majeur pour la population.
Une fraction importante des cancers colorectaux est associée aux facteurs du mode de vie, notamment les facteurs nutritionnels qui sont des facteurs modifiables.

Pour la prévention du cancer colorectal il est recommandé de limiter la consommation d’alcool, les viandes rouges et charcuteries, de pratiquer une activité physique régulière et contrôler son poids, et de consommer des aliments contenant des fibres ainsi que des produits laitiers (sans dépasser les repères du Programme National Nutrition Santé : actuellement 3 portions/jour).