RĂ©seau NACRe

Adéquation des consommations alimentaires aux recommandations du Programme National Nutrition Santé (PNNS)

18/01/12

Deux ans et demi après le lancement de l'Etude NutriNet-Santé, les informations recueillies à partir des 148 962 questionnaires alimentaires disponibles permettent de mieux connaître les comportements alimentaires de la population française et l'adéquation de ces comportements aux recommandations nutritionnelles du PNNS.

Cette adéquation est mesurée au travers d’un score calculé en fonction de la proximité ou de l’éloignement des comportements par rapport aux recommandations du PNNS. Par exemple, la plus médiatisée de ces recommandations, à savoir la consommation des 5 fruits et légumes, n’est suivie que par 46 % des Français. De même, peu de personnes suivent les recommandations encourageant la consommation de céréales complètes (16 %) ou la consommation de 3 produits laitiers par jour (29 %).Les personnes ayant les scores d’adéquation aux recommandations nutritionnelles les plus élevés ont un meilleur équilibre nutritionnel et un meilleur apport en vitamines et minéraux, par rapport à celles ayant les scores les plus faibles.Certains facteurs influent sur l’adéquation aux recommandations :

  • sexe : les femmes respectent mieux les recommandations que les hommes, le score mĂ©dian d’adĂ©quation aux recommandations du PNNS Ă©tant de 9,3 pour les femmes et de 8,8 pour les hommes (sur un maximum de 15 points) ;
  • âge : les sujets les plus âgĂ©s sont plus en adĂ©quation avec les recommandations que les sujets les plus jeunes : 52 % des plus de 65 ans ont une forte adĂ©quation aux recommandations versus 16 % seulement chez les 18-25 ans ;
  • catĂ©gorie socioprofessionnelle : le pourcentage de sujets tendant vers une meilleure adĂ©quation aux recommandations est plus faible chez les ouvriers (24 %) que chez les cadres et professions intellectuelles (36 %) ;
  • niveau de revenu : le pourcentage de sujets tendant vers une meilleure adĂ©quation aux recommandations est plus faible chez les sujets ayant les revenus les plus faibles (22 %) par rapport aux sujets ayant les plus hauts revenus (42 %) ;
  • statut tabagique : une forte adĂ©quation est plus frĂ©quente chez les sujets ayant arrĂŞtĂ© de fumer (37 %) et les non fumeurs (33 %) que chez les fumeurs (21 %) ;
  • corpulence : une forte adĂ©quation est plus frĂ©quente chez les personnes de poids normal (34 %) ou en surpoids (33 %) que chez les personnes en situation d’obĂ©sitĂ© (27 %) ;
  • connaissance des repères du PNNS : le score d’adĂ©quation aux recommandations augmente avec le score de connaissance des repères.

RĂ©daction : NACRe
Date de création : 18 Janvier 2012
Mise Ă  jour : 03 Juin 2015