En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu INRA Logos Tutelles

SPS - Saclay Plant Sciences

Recherche

Recherche
© IBP / Roland Boyer
En tant que “producteurs primaires”, les plantes, ainsi que les autres organismes photosynthétiques, sont la base des cycles biogéochimiques globaux qui rendent possible la vie terrestre. Les plantes représentent également la principale ressource biologique en fournissant de la nourriture pour l’homme et l’animal, mais aussi d’importants biomatériaux tels que des huiles, des fibres ou du bois.

La sécurité alimentaire : un défi pour la planète

Si l’on tient compte de la croissance démographique, de l’urbanisation, des changements climatiques et du caractère limité des ressources naturelles, un demi-siècle après la « révolution verte », la sécurité alimentaire mondiale est plus que jamais un défi stratégique pour la planète. Une stabilité accrue des rendements est nécessaire pour assurer une sécurité alimentaire mondiale et une bonne répartition des ressources alimentaires.

Limiter la pollution

De plus, il existe une demande croissante d’amélioration de la qualité de la biomasse végétale pour l’énergie, la chimie verte ou la santé et le bien-être humains, ainsi que dans le but de réduire le prix des produits végétaux. Le besoin de stopper les émissions de CO2 pour éviter les changements climatiques a fait de la transition entre les carburants fossiles traditionnels et des ressources renouvelables une priorité. Malheureusement, l’agriculture actuelle, de même que l’urbanisation et l’industrie, ont un impact sur l’environnement en polluant et / ou surexploitant les ressources fossiles limitées, l’eau et les terres arables.

Blé - Coquelicots

© IBP / Roland Boyer

Vers une intensification durable

De ce fait, il y a un besoin international urgent et toujours croissant de développer une « intensification durable » de l’agriculture limitant l’impact sur l’environnement (en utilisant moins d’intrants tels qu’engrais et pesticides) mais fournissant une production suffisante et stable. De toute évidence, atteindre ce but nécessite une recherche et un développement intensifs, intégrant les pratiques actuelles dans divers systèmes agricoles avec les progrès rapides de la recherche en biologie. Renforcer les capacités de recherche et d’innovation autour des technologies pouvant réaliser des avancées décisives, qui détermineront les améliorations culturales et le développement de l’agriculture du futur, représente donc un but stratégique. Nous avons besoin de développer des outils efficaces et suffisamment de connaissances pour atteindre ce but.

Comprendre les mécanismes génétiques, moléculaires et cellulaires

Une meilleure compréhension des processus qui sous-tendent le développement et la physiologie des plantes contribuerait non seulement à l’optimisation des rendements et de la qualité des cultures, mais aussi à une meilleure adaptation de ces cultures aux stress biotiques et abiotiques, aboutissant à une réduction de l’impact négatif sur l’environnement. En particulier, une meilleure compréhension des gènes qui influencent le développement végétal permet de décomposer des traits agronomiques complexes, ce qui facilite les programmes de croisements.

Innover dans les domaines de l’agriculture, de la nutrition, de la santé et des biotechnologies

Recherche

© Inra / William Beaucardet

De nombreuses innovations, quelques-unes impliquant des cultures génétiquement modifiées, permettraient un rendement plus élevé et durable des céréales (la base de l’alimentation mondiale) ou de la biomasse également, et de nouvelles perspectives pour la qualité des produits destinés à la chimie verte, la nutrition et la santé, avec un apport réduit en eau et en engrais par rapport à l’agriculture actuelle. Dans ce contexte, la biologie végétale, la génétique et les biotechnologies vertes peuvent fournir des connaissances importantes et de nouveaux outils pour améliorer les cultures et les systèmes de culture plus efficacement que jamais auparavant. Ils devraient donner la possibilité d’adapter rationnellement les plantes et les pratiques de manière rapide et ciblée. Néanmoins, il est important de noter que, quelle que soit la biotechnologie (croisements assistés par marqueurs ou génie génétique), son efficacité dépendra de notre connaissance des processus biologiques et de leur valeur prédictive.

Vidéo LabEx SPS

Vous cherchez un post-doc ou une thèse en biologie végétale?

Lire la suite

Groupe de travail "Recherche"

La mise en place et le suivi des différents projets de recherche au sein du LabEx SPS sont coordonnés par un groupe de travail composé de 7 membres:
Lire la suite