En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal

AgriBEA-Bien-Etre-Animal

Réseau Agri Bien-Etre Animal

(AgriBEA)

Milan 2015 : focus sur le bien-être animal

Source : campagnesetenvironnement.fr le 12/10/2015

Isabelle Veissier, directrice de l'Unité mixte de recherche sur les herbivores à l'Inra de Clermont-Ferrand, profite des mercredis du Pavillon France du l'exposition universelle, à Milan, pour aborder le thème du bien-être animal et ses liens avec la productivité des élevages.

L'étude du comportement des animaux était encore assez confidentiel dans les années 80, et très lié à des aspects techniques plus que psychologiques : « On étudiait, par exemple, l'attitude sexuelle des animaux pour qu'ils se reproduisent bien », témoigne Isabelle Veissier. Si la thématique est montée crescendo à partir des années 1990, le tournant s'est effectué au début des années 2000, avec une prise de conscience assez large. Aujourd'hui, le Royaume-Uni est à la pointe de cette discipline, avec des travaux de recherche poussés. « La France n'est pas très loin », précise la chercheuse.

UE : une évaluation harmonisée et exhaustive du bien-être animal

Des associations ont donné une impulsion : en France le réseau Agri bien-être animal, initié en 1998 par l'Inra pour fédérer les acteurs de la recherche et du développement en la matière. Aujourd'hui, 200 parties prenantes y sont affiliées. Welfare quality est un projet européen qui a plus de 12 ans, lancé par la Commission européenne pour harmoniser les moyens d'évaluer le bien-être animal dans les exploitations. « Le but étant d'être exhaustif, rappelle Isabelle Veissier. Santé, ne pas avoir d'émotion négative, bonne alimentation… nous ne voulons oublier aucune dimension. » Y compris la possibilité d'exprimer ses comportements naturelles entre eux et avec l'environnement. Les axes ainsi déterminés forment le socle de la réglementation européenne en matière de bien-être animal.

Bien-être animal et productivité

Dans le cadre de l'exposition universelle, dont le thème est « nourrir la planète », la question est de savoir si cette ambition est compatible avec le respect du bien-être animal. La demande en produits animaux augmente sensiblement… L'intensification est une voie instinctivement tentante, mais avec ses limites. Par exemple, les volailles, quand elles sont trop condensées dans l'espace, développent des attitudes agressives comme le piquage : les poules vont s'attaquer entre elles pour déterminer la hiérarchie. Dans un élevage de 5000 animaux, cela représente une grande déperdition d'énergie et beaucoup de plaies… Donner de l'espace aux volailles va limiter les rencontres, et donc le phénomène de piquage, de 20 % à 4 % chez les femelles.

Autre exemple, le stress à l'abattage a un effet automatique sur la qualité des produits carnés issus de bétail. il s'exprime à travers une diminution de l'acide lactique dans l'organisme, ce qui a un effet dépréciatif sur la viande (sombre, sèche, dure…).

Dans cette vidéo, Isabelle Veissier raconte également les différentes manières dont les scientifiques ont réussi à jauger les émotions des animaux.

Accès au document