En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal

ASIRPA Analyse socio-économique de la diversité des impacts de la recherche agronomique publique

ASIRPA: Analyse Socio-économique de la diversité des Impacts de la Recherche Publique Agronomique

Département Ecologie des Forêts Prairies et Milieux Aquatiques

Le département EFPA a étudié:

  • la définition de Taux Autorisés de Capture de saumons (cas réalisé par l'équipe ASIRPA)
  • les méthodes de lutte contre la processionnaire du pin
  • la sélection de variétés améliorées de pin maritime
  • le développement de la plateforme logicielle Capsis
  • le raisonnement de l'amendement forestier
  • l'innoculation de plants truffiers

Les résumés des rapports d'études de cas réalisés par EFPA sont disponibles ci-dessous:

Définition de Taux Autorisés de Capture de Saumon Atlantique

Cette étude de cas illustre la contribution de l’INRA à la mise en œuvre d’une politique en faveur de la protection d’une espèce patrimoniale, le saumon atlantique. La déclinaison des actions se faisant à l’échelon territorial, le réseau d’acteurs et les actions de l’INRA sont présentées pour la Bretagne, qui est la région française où le patrimoine des rivières à saumons a été le mieux préservé. La contribution principale de l’INRA se fait par l’outillage des mesures de police de pêche à travers la mise au point des taux d’exploitation (taux autorisés de capture TAC).

Méthode de lutte biologique contre les processionnaires du pin

Ce cas est un exemple d’ingénierie écologique produit par une unité expérimentale afin de répondre à un problème de santé publique et environnemental. Le cas du développement de pièges et de stratégies de lutte contre la processionnaire du pin illustre une solution technique à un risque sanitaire lié à une invasion biologique. Avec le changement climatique, ces chenilles, très allergènes, remontent vers le Nord de la France et se développent dans les villes. Grâce à ses connaissances accumulées de longue date sur le cycle biologique des processionnaires, l’INRA a répondu au problème soulevé par 2 petites entreprises grâce à une solution de lutte biologique alternative aux pesticides. Ces technologies, brevetées et licenciées aux deux start-up, ont été utilisées sur plus de 50 000ha depuis 1992. Elles contribuent à l’effort national de réduction des pesticides en accord avec les préconisations d’Ecophyto R&D puisque la part des traitements chimiques dans les stratégies de lutte contre les processionnaires a diminué de 8% entre 2009 et 2012. 

Création variétale de pin maritime

La sélection des variétés de pin maritime concerne l’essence la plus plantée en France. Un des mécanismes critiques de cette étude de cas se situe au niveau des recherches, les expérimentations forestières nécessitant des investissements sur le très long terme. Au fil des trois générations de pin mises au point avec le concours de l’INRA, le partage des rôles entre acteurs privés et publics a évolué, au profit d’un partenariat de plus en plus diversifié. Les nouvelles générations de pin sélectionnées par l’INRA apportent des gains de rendement compris entre 15 et 30%. L’impact de ces variétés a été d’autant plus fort que la tempête Klauss de 2009 a conduit à des reboisements massifs dans les Landes avec les dernières générations variétales disponibles. Le surplus économique généré par le renouvellement entre 2002 et 2020 -près d’un sixième de la surface actuellement en plantation, soit 500 000ha- avec des variétés plus productives de 2ème ou 3ème génération est estimé à 100M€ (valeur actualisée des récoltes réalisées 40 ans après la plantation).

Plateforme de modélisation de la croissance et des dynamiques forestières

La plateforme de modélisation des dynamiques forestières CAPSIS, développée et maintenue par l’INRA, héberge des modèles, des outils, et des connaissances développés par la communauté scientifique mondiale. CAPSIS permet de simuler et de comparer des scénarios de production forestière. En France, l’Office National des Forêts (ONF) incorpore les résultats de CAPSIS dans des guides de gestion pour la conduite de la forêt domaniale, qui couvre 16,3 millions d’hectares, soit près de 30% du territoire français. CAPSIS est utilisée depuis 2009 par les autorités du Québec pour l’élaboration des plans de coupe des 45 millions d’hectare de forêt publique, limitant ainsi leur surexploitation : les prélèvements par les concessionnaires privés ont ainsi été réduits de 42 millions de m3/an à 31 millions de m3/an. Les mécanismes critiques qui ont fait le succès de ce cas tiennent à l’architecturation des connaissances existantes issues de nombreux acteurs, intéressés en amont par l’établissement d’une licence libre (GPL) et coordonnés par des règles de réciprocité.

Amendements calcaires contre le dépérissement forestier

Les amendements calcaires permettent de restaurer une croissance satisfaisante des arbres. Les amendements calcaires permettent de restaurer une croissance satisfaisante des arbres (+20% à 30% de rendement sur des forêts en déficit nutritionnel sévère), et d’éviter les dommages posés par l’acidification des sols à la biodiversité et au caractère récréatif de la forêt. Le cas illustre l’utilisation de données collectées depuis 37 ans sur des dispositifs expérimentaux, pour la remédiation du dépérissement forestier constaté dans le massif des Vosges. Les analyses de sols conduites avec l’expertise de l’institut ont concerné 30 000 hectares de forêt du domaine public, pour lesquels un amendement a été recommandé dans 50% des cas.

Fire Paradox: projet européen coordonné par l’unité de Recherche sur l'écologie des Forêts Méditerranéennes

Fire Paradox est un projet intégré européen qui s’est déroulé sur la période 2006-2010. Il s’agissait d’une approche innovante pour la gestion intégrée des feux de forêt en maîtrisant le problème des incendies par une utilisation raisonnée du feu : résoudre le paradoxe du feu. Fire Paradox couvre quatre composantes thématiques: le brûlage dirigé, le feu naissant, l’incendie et sa propagation, et le contre-feu. Il a été coordonné par l’unité de recherche sur l’écologie des Forêts Méditerranéennes (URFM) de l’INRA d’Avignon et  l’Institut Supérieur Agronomique de Lisbonne (Portugal). 35 partenaires de tous types (universités et écoles de foresterie, instituts de recherche, agences et offices de gestion des feux, réseaux internationaux, associations, PME) et de 13 pays ont participé à ce projet. L’ambition était à la fois la conduite des recherches sur des domaines peu explorés, mais aussi la formalisation, l’adaptation et le partage à l’échelle internationale, de savoir-faire locaux et de pratiques de gestion d’incendies traditionnelles. Les outputs majeurs de ce projet ont été des supports et programmes de formation académiques et professionnelles, des outils de gestion, logiciels et modèles de prévision, des ouvrages de vulgarisation, de sensibilisation et recommandations techniques, des messages à l’usage des politiques, et une proposition de directive cadre européenne sur les incendies.