En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal DepartementEAtexte

Publier la Science

L'excellence partout : la percée des villes périphériques à l'échelle mondiale

Marion Maisonobe (UMR Géographie-cités, Paris), Laurent Jégou (UMR LISST-CIEU, Toulouse) et Guillaume Cabanac (UMR IRIT, Toulouse)

La visibilité est un enjeu important pour les scientifiques qui sont sensibles à ce que leur travail puisse être accessible, lu, utilisé, reconnu, voire, consécration : cité. Comme le notait Price dans Little Science, Big Science[1], les savants sont attachés à ce que la priorité des idées et découvertes dont ils sont à l'origine leur soit créditée. Les asymétries de visibilité entre lieux de science demeurent néanmoins un frein à ces aspirations. À l'échelle du monde, de nombreux lieux bénéficient d'un avantage à la citation. Les articles signés depuis les États-Unis, en particulier, tendent à être davantage cités que la moyenne des articles indexés dans le Web of Science Core Collection[2]. L'importante dissymétrie  propre à  la géographie des citations suscite l'intérêt des géographes  depuis le début des années 2000[3] et nos travaux récents en bibliométrie indiquent une évolution de ce phénomène à l'échelle mondiale.

Dans le cadre du LABEX SMS 'Structuration des Mondes Sociaux' à Toulouse, voilà plusieurs années que notre équipe du projet NETSCIENCE étudie les évolutions de la géographie mondiale des activités scientifiques. Après avoir montré une déconcentration continue des activités de production scientifique avec un rééquilibrage dans la provenance des publications à l'échelle du monde et des pays[4], notre équipe se penche, depuis peu, sur la géographie des citations[5]. Dans cette dynamique, notre contribution la plus récente, parue en 2018 dans le supplément du Nature Index, met en évidence la visibilité scientifique croissante de villes autrefois périphériques[6]. Cette publication se concentre sur la répartition mondiale des articles, recensions et lettres parues entre 2000 et 2013 qui sont parmi les 10% les plus citées (Source : Web of Science Core Collection).

illustrationEditoPlas23

Une répartition plus équilibrée de ces publications les plus citées signifie que se développe une équité croissante entre les chercheurs en termes de visibilité. D'après nous, cette évolution s'explique par un nombre croissant de lieux participant à la production scientifique mondiale, ces derniers étant de plus en plus intégrés et donc visibles dans le système mondial. Ce phénomène ne signifie pas que l'activité scientifique régresse dans les centres urbains traditionnels. Il signifie simplement que la visibilité scientifique des grandes métropoles comme Paris, Beijing ou New York progresse moins rapidement que celle des nouvelles forces périphériques, par exemple Toulouse et Marseille en France, Wuhan et Guangzhou en Chine.

À l'aune de ces observations, il nous semble qu'il est toujours plus nécessaire d'accompagner politiquement ce rééquilibrage des forces aux échelons supranationaux. Car c'est grâce à leur coopération et non à leur compétition que les systèmes nationaux de villes voient progresser leur visibilité scientifique sur le plan international. Pour nous, et au vu de résultats présentés par nos confrères sur les inégalités découlant de la surconcentration des moyens de la recherche en Scandinavie et au Japon[7][8] continuer de  concentrer  les  moyens  sur  seulement quelques pôles au détriment des sites périphériques - comme tendent à le faire les politiques d'excellence observées dans plusieurs pays européens depuis 10 ans - pourrait mettre à mal cette équité territoriale croissante entre chercheurs.

-------

[1] Price, D. J. de S. (1963). Little science, big science. New York : Columbia University Press.
[2] Al barran, P., Ortuno, I., & Ruiz-Castillo , J. (2011). High- and low-impact citation measures : Empirical applications. Journal of lnformetrics, 5(1), 122-145. https://doi.org/10.1016/j.joi.2010.10.001
[3] Batty, M. (2003). The geography of scientific citation. Environment and Planning A, 35, 761-770. https://doi.org/10.1068/a3505com
[4] Grossetti, M., Eckert, D.,Gingras, Y., Jégou, L., Larivière, V., & Milard, B. (2014). Cities and the geographical deconcentration of scientific activity : A  multilevel analysis of publications   (1987-2007). Urban   Studies, 51(10), 2219-2234. https://doi.org/10.1177/0042098013506047
[5] Maisonobe, M., Grossetti, M., Milard, B., Jégou, L., & Eckert, D. (2017). The global geography of scientific visibility : a deconcentration process (1999-2011). Scientometrics, 113(1), 479-493.
[6] Maisonobe, M., Jégou,  L., & Cabanac, G. (2018). Peripheral Forces. Nature Index, (563), 518-S 19. https://www.nature.com/articles/d41586-018-07210-6
[7] Langfeldt, L., Benner, M., Siverstsen, G., Kristiansen, E. H., Aksnes, D. W., Borlaug, S. B., [...] Pelkonen, A. (2015). Excellence and growth dynamics : A comparative study of the Matthew effect. Science and Public Policy, 42(5), 661-675.
[8] Hong, W.(2008). Decline of the center : The decentralizing process of knowledge transfer of Chinese universities from 1985 to 2004. Research Policy, 37(4), 580-595. https://doi.org/10.1016/j.respol.2007.12.008