En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal DepartementEAtexte

Publier la Science

Les sciences à l'ère des fake news

Maryvonne Holzem, MCF HDR en linguistique, Université de Rouen Normandie, Membre de Sciences Citoyennes

Depuis que le terme fake news a vu le jour en 2016 dans le dictionnaire d'Oxford, les ouvrages[1] traitant du « mensonge moderne »[2] se succèdent face à ce qui est présenté comme un « tsunami» de fausses nouvelles[3]. Les constats qui se multiplient allèguent en effet de l'ampleur et des aspects protéiformes d'un problème que l'on ne saurait cantonner à la seule sphère du politique, même si cette dernière reste une cible privilégiée. Trump n'est de ce point de vue qu'un arbre outrancier - rejoint par d'autres dirigeants depuis - masquant une forêt difficilement pénétrable à dessein et dont la fonction première est de nous amener à renoncer à l'idée de vérités partagées et avec elle à la possibilité de partager un monde commun. Nous avons pourtant plus que jamais besoin de ce partage à l'heure où plusieurs facteurs contribuent à instaurer une situation aussi inédite que menaçante à l'échelle de l'humanité entière dérèglements climatiques, populisme politique, complotisme favorisé par l'effet démultiplicateur des réseaux sociaux, lobbying qui fabrique du mensonge à dessein pour semer le doute... Nous sommes en outre confrontés à une information pléthorique, dont les sources occultées ou brouillées entravent toute possibilité de contrôle et controverse et - ce qui est sans doute pire - conduisent à dévaloriser des notions mêmes de vérité et de connaissances objectives.

Face à ce phénomène, les sciences, toutes disciplines confondues, sont triplement concernées. Tout d'abord parce que la construction de connaissances objectives est au fondement de l'activité scientifique; ensuite parce que les questions soulevées par la conjonction des facteurs évoqués ci-dessus devraient conduire à des recherches complexes, pluridisciplinaires, prenant en compte de multiples interactions entre tous les acteurs concernés ; enfin parce que bon nombre de domaines scientifiques sont devenus moteurs du développement économique et donc secteur stratégique, ce qui génère conflits d'intérêts et malversations lobbyistes.

Parmi les nombreux ouvrages[4] publiés sur la « post-vérité » depuis fin 2016, beaucoup s'en tiennent à des constats, certes souvent justes et nécessaires, ou à des plaidoyers en faveur du développement de recherches tout particulièrement dans le domaine de leurs auteurs. Ils ne s'intéressent guère aux raisons d'être du phénomène dans le secteur de la recherche. Il ne suffit pourtant pas de débusquer « la mal-information »[5] en général, ni d'en pallier les désordres par un retour à ce qui serait une « bonne information en condition normale »[6] mais de s'interroger sur les pratiques scientifiques elles-mêmes, depuis que la recherche  est entrée en production[7]. À l'assujettissement  des sciences par la compétitivité  économique des états, il convient  d'ajouter  les pratiques du lobbying[8] qui se sont institutionnalisées dans le sillage des institutions européennes depuis une trentaine d'années. Si les impacts des intérêts privés sont perceptibles à l'instar du funding effect (effet financement sur les résultats présentés) et les  preuves des malversations industrielles de plus en plus  manifestes[9] la  prise de conscience du poids des intérêts privés sur la recherche semble stagner sur le palier du laboratoire, conséquence d'une apathie des pouvoirs publics[10]. Dans un article intitulé : La fraude dans les sciences : des pratiques nouvelles banalisées[11] Jacques Testart remarque à bon droit que l'image de cette science entraîne la défiance de la population, « ce qui peut en partie expliquer le succès des fake-news » et du complotisme.

À cela il convient d'ajouter les dysfonctionnements du monde de l'édition scientifique, tant sur le plan de l'accès aux contenus et la mise en quarantaine des bibliothèques universitaires[12] que sur celui de la publication avec le boom des fake sciences[13]. Conséquences du publish or perish et de l'impact factor comme modes d'évaluation des chercheurs, des revues dites « prédatrices » se sont multipliées. Des maisons d’édition basées en Inde, Chine ou Turquie ont inondé le monde du libre accès de titres ayant tous les atours de vraies revues savantes[14]. Pour quelques centaines d'euros ces revues publient des articles qui, sans être systématiquement mauvais, échappent à toute évaluation d'un comité de lecture avant publication (peer review). Entre recherche vite faite ou mal faite et recherche  validée,  il semble  bien  que  la frontière  s'amenuise,  tout  comme  s'amplifie  le  problème  de  la reproductibilité des résultats[15]. Les chercheurs  n'obtenant  pas les  mêmes  résultats  en  reprenant  les mêmes méthodes ou les mêmes données, composent avec un système éditorial qui n'invite ni à publier les résultats négatifs[16], ni les auto-rétractations.

Pour conclure, je reprendrai la conclusion de Testart : « Nos sociétés, éperdues de croissance et de compétitivité, ont secrété la science qu'elles méritent. Critiquer cette science n'est pas une posture négativiste, c'est chercher à promouvoir des conditions favorables à la connaissance objective du monde et éduquer au jugement, c’est œuvrer à la recherche du bien collectif et donc à la démocratie ». L'association Sciences Citoyennes propose diverses mesures pour « mettre la science en démocratie», parmi lesquelles : les « conventions de citoyens »[17] pour permettre, sur le modèle des jurys d'assise, les conditions d'une expertise citoyenne indépendante ; la « recherche participative » qui à la différence des sciences participatives s'appuie sur la constitution d'un tiers secteur scientifique qui réponde aux besoins sociaux et écologiques négligés par les orientations scientifiques dominantes ; la formation à la pensée critique (sur ce point cf. Holzem M, dir.).

-------

[1] Plus de 40 ouvrages publiés sur la question depuis fin 2016.
 [2] Qu'ils se nomment Bullshit alias foutaise, post-vérité (pour qualifier la période présente), mensonge moderne et enfin plus récemment infox.
[3] Les métaphores, allégories et hyperboles en tout genre peuplent ce nouveau domaine à grand renfort de termes venus de la climatologie (tsunami) de l'épidémiologie (virus) ou même du folklore scandinave (trolls de l'infox).
[4] Tel celui de Myriam Revault d'Allonnes La faiblesse du vrai : ce que la post-vérité fait à notre monde commun Editions du Seuil 2018, au sous-titre pourtant prometteur qui s'attarde sur l'histoire tourmentée des rapports entre politique et vérité en référence aux modèles de Platon et d'Aristote, mais sans tracer de perspectives, comme si la « post-vérité» était un produit du système démocratique ou celui Sebastian Dieguez auteur de « Total Bullshit au cœur de la post vérité » Édition Puf en 2018 qui fouille les faces sombres de notre cerveau pour y déceler les résistances au changement d'opinion.
[5] De nombreuses initiatives de décryptage de l'information ont été lancées par les médias publics depuis janvier 2018, plateforme de fact checking (vérification des faits) et de bebunking (décryptage et déconstruction des rumeurs et manipulation), émissions TV de vérification des faits telle desintox sur Arte. D'autres sites dédiés au négationnisme et au complotisme existent depuis bien plus longtemps, tel Conspiracy Watch (2007).
[6] Confère les interventions de Divina Frau-Meigs professeur en sciences de l'information et de la communication, aux deux colloques organisés sur cette question en 2018 par la Conférence des Présidents d’Université.
[7] Cf. Stéphane Foucart (2013) La fabrique du mensonge. Comment les industriels manipulent la science et nous mettent en danger, Denoël, p.45 et depuis que le mot « innovation »  a remplacé « la recherche appliquée ».
[8] Nous renvoyons ici à l'ouvrage très bien documenté de Stéphane Horel (2018) Lobbytomie : comment les lobbies empoissonnent nos vies et la démocratie, Éditions la Découverte. Un chapitre y est notamment dédié au détournement de la recherche publique, un autre à la sous-traitance des décisions publiques.
[9] Depuis la déclassification des documents produits par les industriels du tabac aux USA. Cf. Foucart.
[10] Alors que dans le même temps les emplois de chercheurs se précarisent , les subventions publiques (crédits impôt recherche) sans contrepartie dont bénéficie le secteur privé sont en très nette augmentation. Les Echos du 23 juillet 2018 faisaient état d'une augmentation inquiétante, avec un coût de 6,27 milliards d'euros, soit 560 millions de plus que ce qui était inscrit au budget.
[11] À paraître dans Holzem M (dir).
[12] Les bibliothèques  universitaires tentent de s'organiser  pour échapper à  la domination  de l'oligopole des grands éditeurs afin de maintenir tant leurs abonnements  aux coûts souvent prohibitifs que l'accès à  leurs archives électroniques en cas de résiliation. Les  institutions  scientifiques  quant  à  elles,  paient  pour que  des  chercheurs  puissent  lire des  articles soumis gratuitement ou qu'ils puissent  publier  dans des  revues en  libre accès.  Des projets  institutionnels  français  ou européens voient actuellement le jour, tels la Science ouverte, le plan S, ou le Data management plan, mais ils ne s'accompagnent ni d'une coordination entre tous les acteurs (CNRS et Bibliothèques  universitaires  notamment)  ni d'une  remise en question  de  la valorisation privée des résultats de la recherche (incitation à déposer des brevets).
[13] Voir l'enquête du Monde et d'une vingtaine de médias sur les 10 000 revues dites « prédatrices » qui contribuent à tromper les administrations et le public (18 juillet 2018) et l'appel publié dans ce même journal le 30 octobre 2018 intitulé Canulars scientifiques, revues prédatrices et « slow science ».
[14] Une collaboration  baptisée  « Fake science » et formée  d'une quinzaine de médias  internationaux, dont  la Norddeutscher Rundfunk (NDR), la Süddeutsche Zeitung, The New Yorker ou encore l'Aftenposten, Le Monde a enquêté sur l'ampleur et l'impact de ce phénomène, qui n'épargne pas la France.
[15] Cf. la journée d'étude dédiée à  la problématique de la reproductibilité en recherche qui sera organisée par l'Unité Régionale de formation à l'Information Scientifique et Technique (URFIST) de Bordeaux, le 29 mars 2019.
[16] Pourtant significatifs
 [17] Voir en lien avec l'actualité du moment : https://sciencescitoyennes.org/le-ric-des-citoyens-non-pas-manipules-mais-informes-decident-mediapart-7-janvier-2019/