En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Logo Principal

Lutte biologique contre le cynips du châtaignier en France

Lutte biologique classique contre le cynips du châtaignier en France

Torymus sinensis

Biologie et gestion des émergences

Ponte de Torymus sinensis.
© Jean-Claude Malausa-INRA-
Les Torymus sinensis ne s'élèvent pas en laboratoire, alors comment produire et stocker ces auxiliaires dont nous avons besoin pour les lâchers?

Biologie de Torymus sinensis :

Originaire de Chine, Torymus sinensis est un micro-hyménoptère de la famille des Torymidae. C'est un parasitoïde spécifique de Dryocosmus kuriphilus. Il pond ses œufs dans les larves de cynips au printemps. Les larves de T. sinensis se développent durant l'été et l'automne avant d'entamer leurs nymphoses en hiver. Les adultes émergent au début du printemps. Contrairement au cynips, T. sinensis se multiplient par reproduction sexuée (présence de mâles et de femelles) et il n'y a qu'une seule génération par an.

Cycle biologique de Torymus sinensis

Cycle biologique de torymus sinensis [N.Borowiec.INRA]

Gestion des émergences au "laboratoire"

Conséquence d'importantes difficultés technique, l'élevage de T. sinensis n'est pas possible. L'obtention d'individus pour les lâchers passe donc par la récolte de galles en hiver sur des sites où il est déjà établi.

Boîte d'émergences

Eclosoirs

Chaque année, les galles d'hiver que nous récoltons sont stockées à l’extérieur afin de ne pas désynchroniser les émergences de T. sinensis. Le conditionnement des galles se fait dans des boîtes appelées "éclosoirs".

La technique est basée sur le phototropisme positif des insectes qui sont attirés par la lumière. Le principe est donc d’obtenir des éclosoirs fermés hermétiquement (pour éviter toute fuite d’insectes) et opaques (qui ne laissent pas passer la lumière) mais munis d’ouvertures permettant la mise en place de tubes en plastique transparent (contenant un peu de miel comme source de nourriture) pour (1) laisser passer la lumière du jour et ainsi attirer les insectes et (2) faciliter la récolte des insectes émergés

Chaque éclosoir contient 1 000 galles au maximum. Toutes ces boîtes sont stockées à l’abri de la pluie et du soleil direct.

Récupération des Torymus sinensis

Récupération des Torymus sinensis

Le suivi des émergences se fait une à deux fois par jour. Chaque tube prélevé reçoit une étiquette avec le nom du site de collecte, et est rapidement remplacé par un autre tube. Les tubes sont ensuite ramenés au laboratoire où les insectes sont triés sous loupe binoculaire en trois phases :

  • La première phase consiste à placer les parasitoïdes dans des tubes de petite taille en verre transparent pour faciliter l’observation. Ces tubes d’observation sont ensuite fermés avec du coton.
Torymus sinensis en petits tubes en verre

Torymus sinensis en petits tubes en verre

  • La deuxième phase doit permettre de séparer les Torymus des autres parasitoïdes.
  • La troisième phase (qui nécessite un examen plus minutieux des insectes) doit permettre de s’assurer qu’il s’agit bien de Torymus sinensis et pas d'autres espèces de Torymus indigènes.

Une fois les Torymus sinensis isolés, sexés et dénombrés, mâles et femelles sont placés dans des tubes plus grands, en plastique, miellés et fermés par du coton pour accouplement. Ces tubes sont ensuite placés en étuve à 14°C afin de prolonger la vie des individus.

Pour les lâchers, les Torymus sinensis devront (si possible) être âgés de 2 à 3 semaines maximum, d'où l'importance de minimiser au maximum la désynchronisation entre les émergences et les stades phénologiques des châtaigniers.

Lâcher dans l'Aveyron en 2013

Lâcher dans l'Aveyron en 2013

La période de lâcher se situe, le plus souvent, entre la mi-avril et le mi-mai.