En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Logo Principal Agence française pour la biodiversité Université de Pau et des Pays de l'Adour Agrocampus Ouest

Observatoire de Recherche en Environnement Poissons Diadromes dans les Fleuves Côtiers

Site expérimental du Lapitxuri

Contexte scientifique & technique :

L’INRA a construit le chenal de fraie expérimental du Lapitxuri en 1980 dans le cadre du plan "Saumon" (financement état/région et ministère). L'objectif était d'étudier les conditions optimales de développement du saumon atlantique en milieu semi-naturel et de définir les bases scientifiques de la production de juvéniles de repeuplement, en vue du transfert de technologie. Depuis, de nombreux programmes scientifiques s’appuient sur le site,  particulièrement original et unique en Europe, pour réaliser des expérimentations en écologie et étude du comportement (croissance, dispersion, reproduction,…).

Description des installations :

Le chenal est construit en tête du bassin de la Nivelle, sur la commune d’Aïnhoa. L'absence d'activité agricole intensive et humaine assure la bonne qualité physico-chimique de l’eau et l’absence de polluant. Les températures moyennes varient entre 4 et 20°C au cours de l'année. L’installation d’élevage du site est reconnu indemne de SHV/NHI (n° d'agrément 64330056) et est suivi annuellement par le GDSA d'Aquitaine et le DSV 64. Les 4 outils présents sur le site sont :

  • Le chenal de fraie : alimenté par une dérivation du ruisseau Lapitxuri, il présente une pente de 2%, mesure 130 m et est constitué d’une succession de 13 biefs (10m x 2.8m). Le débit entrant est ajustable de 50 à 150 l.s-1 et un système automatisé de pompage/recirculation permet de remonter l’eau en amont du chenal afin de pallier aux étiages du ruisseau dérivé. La granulométrie (10 à 80mm) et les paramètres physiques (hauteur d’eau, surface et connectivité des biefs, etc.) peuvent être ajustés. Des filets anti-oiseaux évitent les risques de prédation sur les poissons. Une des originalités du chenal réside dans la possibilité d’étudier les comportements grâce à des sas d'observation subaquatique et à des équipements vidéo. En période nocturne des éclairages infra-rouge aériens permettent certains suivis comportementaux.
  • Les auges de 10m : 8 auges (10m x 0.5m, profondeur : 0.25 m) permettent des expériences sur les jeunes stades (salmonidés). Différents jeux de grilles ou pièges à montaison/dévalaison sont adaptables. Des filets à ombrage limitent le réchauffement de l'eau, le développement d’algue et la prédation aviaire. Elles sont alimentées en eau filtrée à 15 µm pour un débit maxi de 52 l.s-1 et sont munies d’un système de sécurité passif éliminant les risques de rupture d’alimentation en eau dus à des coupures électriques.
  • Le laboratoire d'incubation : il permet l'incubation et le suivi de petits lots d’œufs ou d'alevins. Il est équipé de deux armoires de type Heath (capacité de 160 000 œufs), de 6 auges d'incubation et de 6 bacs de 60 l. Il est alimenté en eau filtrée à 15 µm afin d’éviter les risques de colmatage des clayettes en cas de crue.
  • La plateforme d'élevage: elle est équipée de 16 bassins de type suédois de 4 m² et de 8 bassins de 1 m². Elle permet la stabulation des poissons et éventuellement l’élevage de juvéniles en lien avec les expérimentations sur le site ou hors site (milieu naturel, plateau technique, …).

Voir plus

Contact : Jean-Christophe Aymes

Voir aussi