En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Logo Principal AGROCAMPUS OUEST Université Rennes I

Encyclop'Aphid : l'encyclopédie des pucerons

Encyclop'APHID

Dégâts

Les dommages imputables aux pucerons sont de différents ordres et de différentes natures. Ils sont produits à tous les stades de la culture des plantes, quelles que soient les superficies qu'elles couvrent.

Les pucerons ont une alimentation phloémienne, autrement-dit ils se nourrissent de la sève élaborée des plantes, détournant à leur profit une partie des éléments nutritifs nécessaires à la croissance de ces dernières. Ce mode alimentaire occasionne des dégâts dont l'importance varie suivant le stade de développement de la plante et de son degré de sensibilité.

Classiquement, on les répartit dans deux catégories :

Que les pertes économiques dues aux pucerons soient le fait de dégâts directs ou indirects il est difficile, voire impossible d’en donner une estimation précise. Celles-ci fluctuent en effet de façon importante selon les conditions climatiques, la densité des populations de pucerons et la variété des cultures. Certaines études avancent des pourcentages moyens de baisse de rendement dus à l’effet direct des pucerons de l’ordre de 10 à 20% chez les pois, 10% chez le blé ou 5% sur la pomme de terre. Les baisses sont bien plus importantes lorsque les dégâts sont dus à des virus : jusqu’à 85% de perte pour des orges infectées par la jaunisse nanisante par exemple.

Le type de dégât doit guider la lutte. Globalement le dégât direct est proportionnel à la quantité de pucerons hébergés par la plante, alors que le dégât viral dépend essentiellement du nombre de plantes infectées et beaucoup moins du nombre de pucerons par plante. Les principes de la lutte seront différents dans les deux cas.