En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Logo Principal AGROCAMPUS OUEST Université Rennes I

Encyclop'Aphid : l'encyclopédie des pucerons

Encyclop'APHID

Dégâts de pucerons sur les brassicées

Sur colza, à l'automne, les pucerons généralistes comme le puceron vert du pêcher (Myzus persicae) et le puceron noir de la fève (Aphis fabae) peuvent occasionner des pertes de rendements dues à la transmission de virus. Le virus plus répandu est le celui de la jaunisse occidentale de la betterave (BWYV) qui est transmis selon le mode persistant. Le virus de la mosaïque du chou-fleur (CaMV) et le virus de la mosaïque du navet (TuMV) sont moins fréquents. Au printemps, les pucerons peuvent également provoquer des dégâts directs en cas de fortes pullulations : avortement des fleurs et échaudage dus au puceron cendré du chou (Brevicoryne brassicae) et des déformations des feuilles dues à Myzus persicae et à Aphis fabae. A l’automne, de fortes colonies du puceron du navet (Lipaphis erysimi) peuvent également compromettre la croissance des plantes.

Ces dégâts peuvent se traduire par des pertes de rendement de 5 à 8 q/ha. La présence des pucerons sur colza d’hiver entrainera une surveillance dès la montaison. Les attaques les plus précoces sont les plus dommageables et nécessitent une intervention rapide. Les traitements insecticides sont conseillés à partir de deux colonies visibles par m². Ces traitements peuvent être limités aux zones touchées et donc appliqués localement dans la parcelle. Les traitements de bordure, en particulier, permettent souvent de diminuer les attaques.

Sur chou, le puceron cendré Brevicoryne brassicae est de loin l'espèce la plus dangereuse car la plus difficile à contrôler. Sur feuille on peut également rencontrer le puceron vert du pêcher (Myzus persicae). La présence de ces espèces provoque la crispation, le jaunissement et le dessèchement des feuilles. Ces deux espèces sont aussi les principaux vecteurs de deux maladies virales : la Mosaïque du chou-fleur (CaMV) qui se manifeste par une alternance de taches claires et sombres entre les nervures et la Mosaïque du navet (TuMV) qui provoque des taches noires irrégulières sur feuille. Ces virus non circulants peuvent également être transmis par d’autres espèces de pucerons.