En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal AGROCAMPUS OUEST Université Rennes I

Encyclop'Aphid : l'encyclopédie des pucerons

Encyclop'APHID

Dégâts des pucerons sur les rosacées (arbres fruitiers, fraisier, framboisier)

Dégâts des pucerons sur les rosacées (abricotier, cerisier, pêcher, poirier, pommier, prunier)

Sur pêcher et abricotier, le puceron vert du pêcher (Myzus persicae) le plus fréquent, provoque des dégâts directs en déformant le feuillage et des dégâts indirects en transmettant des maladies à virus comme la Sharka.

La surveillance de Myzus persicae doit commencer dès le mois de janvier, au gonflement des bourgeons (stade A), lorsque les premiers individus éclosent des œufs d'hiver. Les dégâts dus aux pucerons sont variables selon les variétés. Ils seront visibles dès le mois d'avril, à la chute du calice. En observant deux rameaux par arbre avant que la corolle ne soit visible (stade D), une intervention est nécessaire lorsque 7% des arbres sont porteurs de Myzus persicae.

Sur prunier, les colonies du puceron vert du prunier (Brachycaudus helichrysi) et celles du puceron farineux du pécher (Hyalopterus pruni) entraînent une forte crispation précoce du feuillage et la formation de fumagine sur les feuilles et les fruits. Les dégâts dus aux pucerons sont provoqués par les individus présents dès le débourrement des bourgeons floraux, au moment de l'éclosion des œufs d'hiver, et jusqu'à la chute des pétales. Le puceron vert du pêcher (Myzus persicae) peut être également présent sur prunier. Ces trois espèces peuvent transmettre le virus de la Sharka.

Sur les feuilles de cerisier, le puceron noir du cerisier (Myzus cerasi) entraîne une forte crispation du feuillage, une déformation des rameaux en cours de croissance et surtout leur nécrose et enfin le développement de fumagine. La surveillance des populations du puceron noir du cerisier doit avoir lieu dès le début de développement des boutons floraux et doit être prolongée jusqu'à l'apparition des ailés en mai et juin.

Sur poirier, le puceron mauve du poirier (Dysaphis pyri) entraîne des enroulements de feuille et la présence de fumagine. Les pucerons plus inféodés au pommier comme le puceron vert migrant (Rhopalosiphum insertum) et le puceron vert non migrant (Aphis pomi) peuvent également provoquer des déformations des feuilles. Le phylloxéra du poirier (Aphanostigma piri) s'attaque aux fruits. La surveillance des pucerons doit s'exercer principalement à partir de la chute des premiers sépales, particulièrement si les arbres ont déjà subi des infestations l'année précédente.

Le pommier est colonisé par plusieurs espèces de pucerons : le puceron cendré (Dysaphis plantaginea), le puceron vert non migrant (Aphis pomi) et le puceron vert non migrant (Rhopalosiphum insertum). Leur présence provoque un fort enroulement, une crispation et un jaunissement ou rougissement des feuilles. L'apparition des premières larves de pucerons peut être détectée à partir du gonflement des bourgeons. Les premiers foyers du puceron cendré (Dysaphis plantaginea) doivent être surveillés avant la floraison, dès le stade D, soit à partir du mois d'avril dans le Midi ou trois semaines plus tard dans le Val de Loire. Puis, de juillet à la récolte, l'occupation de plus de 50 % des pousses par le puceron vert non migrant (Aphis pomi) provoque une baisse de la qualité des fruits. La présence du puceron lanigère (Eriosoma lanigerum) doit être détectée entre la chute des premiers pétales et la récolte.

Sur fraisier, le puceron jaune du fraisier (Chaetosiphon fragaefolii) est plus le fréquent. Cette espèce anholocyclique se maintient les hivers doux sur les toutes jeunes feuilles. Au printemps, il colonise l’ensemble de la plante, particulièrement la face inférieure des feuilles qui noircissent et se dessèchent. Lors de fortes pullulations, la croissance des pousses peut être ralentie ou arrêtée nuisant ainsi à  la formation des fruits. Un abondant miellat est excrété sur lequel se développe la fumagine. De plus, ce puceron est un important vecteur de plusieurs maladies virales : la jaunisse du fraisier (SYEV), la frisolée (SCV), la Marbrure (SMV).
D’autres espèces se rencontrent sur les fraisiers. Par ordre de fréquence, on observe le puceron du géranium (Acyrthosiphon malvae), le puceron vert du fraisier (Aphis forbesi) et le puceron jaune du rosier (Rhodobium porosum). On trouve également, mais dans une moindre mesure, les espèces Aulacorthum solani, Macrosiphum euphorbiae, Myzus ascalonicus, M. ornatus et M. persicae.
Aphis forbesi est holocyclique et passe l’hiver sous forme d’œufs. Ceux-ci sont déposés sur les pétioles des feuilles ou sur le collet. Les fondatrices éclosent en mars et engendrent des colonies qui se répartissent sur le collet, le pétiole et la base des feuilles. Les ailés apparaissent à la fin du printemps et colonisent d'autres fraisiers. Aphis forbesi produit un miellat abondant que viennent chercher les fourmis.
Acyrthosiphon malvae, Myzus ornatus, M. ascalonicus, Aulacorthum solani peuvent transmettre des maladies virales sur fraisier.

La stratégie de lutte contre les pucerons se fait à base de lâchers d’auxiliaires car l’utilisation de produits phytosanitaires devient de plus en plus stricte.
Quelques firmes ont développé des produits biologiques adaptés à la culture des fraisiers. Ces produits sont conditionnés pour des lâchers de prédateurs plus généralistes (Chrysoperla carnea, C. lucasina, Aphidoletes aphidimyza, Adalia bipunctata, Coccinella septempunctata) ou des lâchers de parasitoïdes seuls ou en mélange (2 à 6 espèces) (Aphidius ervi, A. colemani, A. matricariae, Aphelinus abdominalis, Ephedrus plagiator, Praon volucre).

                      Parasitisme (observé en culture) sur les principaux pucerons du fraisier

Parasitoïdes

Pucerons

Aphidius ervi

Aphidius colemani

Aphidius matricariae

Ephedrus plagiator

Praon volucre

Aphelinus abdominalis

Acyrthosiphon malvae

XX

 

 

X

XX

 

Aphis spp

 

XX

 

X

X

 

Aulacorthum solani

XX

 

 

X

X

XX

Chaetosiphon fragaefolii

 

 

 

 

 

Macrosiphum euphorbiae

XX

 

 

X

XX

XX

Myzus persicae

 

XX

XX

 

 

Rhodobium porosum

XX

 

 

X

 

 

XX Bon parasitisme, X parasitisme aléatoire
      
Pour en savoir plus :
Le point sur les maladies et ravageurs : les pucerons en culture de fraisiers sous abris
http://www.ctifl.fr/ecophytopic/point_sur/PSPuceronsFraisier.pdf

Deux espèces colonisent fréquemment les framboisiers : le petit puceron des framboises (Aphis idaei) et le gros puceron des framboises (Amphorophora idaei).
Ces deux espèces provoquent au printemps des déformations du feuillage et sa décoloration. Elles peuvent également transmettre des maladies virales. Aphis idaei est très visité par les fourmis.