En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Logo Principal AGROCAMPUS OUEST Université Rennes I

Encyclop'Aphid : l'encyclopédie des pucerons

Encyclop'APHID

Virus circulants

Les virus circulants effectuent un circuit complexe dans le corps du puceron mais ils ne s'y répliquent pas. Ils s'acquièrent pendant les phases prolongées d’absorption de sève élaborée au niveau du phloème. Ils circulent à travers le système digestif puis salivaire du puceron vecteur avant de pouvoir être injectés à de nouvelles plantes.

La transmission des virus circulants a été particulièrement bien décrite chez les Luteoviridae. Une fois ingérées par le puceron, les particules virales cheminent dans la lumière du tube digestif avec la sève du phloème jusqu’à l’intestin moyen ou postérieur. Au niveau de ces tissus, le virus traverse une première barrière épithéliale pour se retrouver dans la cavité générale (hémocèle) de l’insecte. Dans ce compartiment, les virus se fixeraient à une protéine synthétisée par les bactéries endosymbiotiques du puceron. Cette interaction virus/protéine protégerait les particules virales du système immunitaire de l’insecte.
Les virus diffusent dans l’hémocèle de la partie postérieure du puceron jusqu’aux cellules des glandes salivaires qu’ils franchissent à nouveau pour rejoidre les sécrétions salivaires avec lesquelles ils seront à nouveau libérés dans les tissus phloémiens de la plante. Dans le cas des virus circulants, le puceron conserve longtemps son pouvoir infectieux, même au delà de la mue. Ce mode de transmission, qualifié de persistant, implique une interaction étroite et hautement spécifique entre le virus et son vecteur.

accés direct aux vidéos

transmission du virus de la jaunisse modérée
de la betterave par Myzus persicae