En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal AGROCAMPUS OUEST Université Rennes I

Encyclop'Aphid : l'encyclopédie des pucerons

Encyclop'APHID

Les pucerons et leurs partenaires symbiotiques

Les pucerons entretiennent des relations vitales avec des bactéries symbiotiques qui leur permettent de se nourrir de sève, un milieu pauvre en composés azotés. Ils sont également infectés par d’autres micro-organismes non indispensables à leur survie mais dont les effets sur l’écologie et l’évolution de leurs hôtes pucerons peuvent être d’une grande importance.

Une symbiose obligatoire avec la bactérie Buchnera aphidicola

Beaucoup d'insectes vivent en symbiose avec des micro-organismes qui leur permettent de mieux exploiter les ressources de leurs habitats ou de mieux se protéger de stress environnementaux. Les pucerons quant à eux ont établi depuis plus de 150 millions d’années des relations symbiotiques avec la bactérie Buchnera aphidicola qui leur fournit des acides aminés essentiels et des vitamines en faibles quantités dans la sève des plantes desquelles ils s’alimentent. Sans ce symbiote obligatoire, les pucerons ne peuvent pas survivre et réciproquement pour Buchnera, ce qui crée une interdépendance entre les deux organismes.

Un cortège de symbiotes facultatifs ou secondaires

Cependant, Buchnera n’est pas la seule bactérie hébergée par les pucerons et depuis le début des années 2000, les découvertes de nouveaux partenaires et de leurs effets sur leurs hôtes se sont enchainées. Ces symbiotes, pour la plupart bactériens, sont trouvés généralement à des fréquences intermédiaires dans les populations : tous les individus ne sont pas infectés contrairement à la symbiose avec Buchnera et on parle donc de symbiotes facultatifs ou secondaires. Chez certaines espèces de pucerons comme les Lachninés, des symbiotes tripartites ont pu évoluer où Buchnera et une autre bactérie symbiotique se complémentent pour apporter au puceron les nutriments essentiels à son développement et sa reproduction.

Une localisation des symbiotes dans des organes spécialisés

Les bactéries symbiotiques résident pour la plupart dans des organes spécialisés de l’hôte, appelés bactériocytes, situés de part et d’autre du tube digestif. Une femelle adulte du puceron du pois Acyrthosiphon pisum comprend ainsi environ 90 bactériocytes hébergeant au total plus de 10 millions de cellules de Buchnera. Les symbiotes facultatifs peuvent quant à eux résider dans différents organes internes de l’hôte : ils peuvent par exemple co-exister dans les mêmes bactériocytes que Buchnera ou résider dans des bactériocytes secondaires, dans des cellules en périphérie des bactériocytes et dans l’hémolymphe.

Une transmission de mère en fille avec des transferts horizontaux occasionnels

Les symbiotes sont majoritairement transmis verticalement : Buchnera et autres symbiotes facultatifs sont transférés à un stade très précoce du développement embryonnaire des pucerons. Les embryons reçoivent donc les symbiotes de leur mère in utero. La transmission verticale de Buchnera se reflète dans les analyses phylogénétiques qui révèlent une parfaite co-diversification des deux partenaires depuis l’établissement de cette symbiose. Ce n’est pas toujours le cas des symbiotes facultatifs qui montrent de nombreux évènements de transferts horizontaux entre des hôtes non apparentés. Les voies de transferts horizontaux sont méconnues mais pourraient impliquer des contacts entre congénères, les attaques des ennemis naturels ou l’acquisition via les plantes hôtes.

Des symbiotes aux effets variés et parfois spectaculaires sur leurs hôtes

Alors que le rôle de Buchnera pour les pucerons est bien connu et de nature strictement nutritionnelle, celui des symbiotes facultatifs est très varié et n’est pas toujours bien compris. Les symbiotes facultatifs peuvent ainsi agir sur la réponse à des stress biotiques ou abiotiques, la reproduction, le développement, l’immunité, le comportement et même la couleur. Le puceron du pois est certainement l’espèce pour laquelle les effets des symbiotes ont été le mieux étudiés. Il a été ainsi montré que la bactérie Hamiltonella defensa pouvait protéger les pucerons contre les attaques de guêpes parasitoïdes, que Regiella insecticola rendait ses hôtes plus résistants à des champignons pathogènes, que Rickettsiella viridis modifiait la couleur, que Spiroplasma éliminait sélectivement les embryons mâles dans la descendance, que Serratia symbiotica favorisait ses hôtes dans des conditions de fortes chaleurs. Cependant ces effets bénéfiques s’accompagnent très souvent de coûts physiologiques ou écologiques qui se traduisent par une fécondité ou des défenses comportementales plus réduites pour les pucerons porteurs de symbiotes facultatifs.

Des recherches sur les symbioses aphidiennes très dynamiques

De nombreuses équipes de recherche travaillent actuellement sur les symbioses aphidiennes. Elles étudient en particulier les interactions moléculaires entre les pucerons et leurs symbiotes pour mieux comprendre les effets de ces derniers sur leurs hôtes et comment les pucerons régulent-ils leurs populations de symbiotes. Elles s’intéressent aussi à la dynamique des associations symbiotiques pour identifier les facteurs qui participent à l’acquisition, à l’évolution, à la perte des symbiotes dans les lignées de pucerons. Enfin elles portent sur l’influence des symbiotes dans les réseaux trophiques en s’interrogeant notamment sur les répercussions des symbioses protectrices sur les communautés d’ennemis naturels.

Section d’un embryon du puceron Acyrthosiphon pisum avec marquage des bactériocytes contenant Buchnera (en vert). Photographes : Karen Gaget et Federica Calevro (UMR BF2I).

Buchnera 1

Image microscopique obtenue par hybridation in situ en fluorescence (FISH) montrant la localisation et la morphologie des symbiotes du puceron Tuberolachnus salignus (Buchnera en vert et Serratia symbiotica en rouge). Photographe: Alejandro Manzano-Marin.

Buchnera_2