Know more

Our use of cookies

Cookies are a set of data stored on a user’s device when the user browses a web site. The data is in a file containing an ID number, the name of the server which deposited it and, in some cases, an expiry date. We use cookies to record information about your visit, language of preference, and other parameters on the site in order to optimise your next visit and make the site even more useful to you.

To improve your experience, we use cookies to store certain browsing information and provide secure navigation, and to collect statistics with a view to improve the site’s features. For a complete list of the cookies we use, download “Ghostery”, a free plug-in for browsers which can detect, and, in some cases, block cookies.

Ghostery is available here for free: https://www.ghostery.com/fr/products/

You can also visit the CNIL web site for instructions on how to configure your browser to manage cookie storage on your device.

In the case of third-party advertising cookies, you can also visit the following site: http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, offered by digital advertising professionals within the European Digital Advertising Alliance (EDAA). From the site, you can deny or accept the cookies used by advertising professionals who are members.

It is also possible to block certain third-party cookies directly via publishers:

Cookie type

Means of blocking

Analytical and performance cookies

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Targeted advertising cookies

DoubleClick
Mediarithmics

The following types of cookies may be used on our websites:

Mandatory cookies

Functional cookies

Social media and advertising cookies

These cookies are needed to ensure the proper functioning of the site and cannot be disabled. They help ensure a secure connection and the basic availability of our website.

These cookies allow us to analyse site use in order to measure and optimise performance. They allow us to store your sign-in information and display the different components of our website in a more coherent way.

These cookies are used by advertising agencies such as Google and by social media sites such as LinkedIn and Facebook. Among other things, they allow pages to be shared on social media, the posting of comments, and the publication (on our site or elsewhere) of ads that reflect your centres of interest.

Our EZPublish content management system (CMS) uses CAS and PHP session cookies and the New Relic cookie for monitoring purposes (IP, response times).

These cookies are deleted at the end of the browsing session (when you log off or close your browser window)

Our EZPublish content management system (CMS) uses the XiTi cookie to measure traffic. Our service provider is AT Internet. This company stores data (IPs, date and time of access, length of the visit and pages viewed) for six months.

Our EZPublish content management system (CMS) does not use this type of cookie.

For more information about the cookies we use, contact INRA’s Data Protection Officer by email at cil-dpo@inra.fr or by post at:

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan CEDEX - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal

Home page

Encyclop'APHID

Premières observations morphologiques et biologiques : viviparité et polymorphisme

   

   

Steven Blankaart : philosophe et médecin hollandais également né à Middelburg (1650-1704), publia un traité d’entomologie  “Schou-Burg der Rupsen, Wormen, Maden en Vliegende Dierkens” Editeur : Jan ten Hoorn, Amsterdam, 1688.

Portrait anonyme de Steven Blankaart issu de Wikipedia

L’apport de ce naturaliste, assez méconnu car non traduit à l’époque en français, anglais ou latin, est fondamental, car il semble le premier à avoir décrit des pucerons (qu’il appelle beesjes, en français bestioles) et à en étudier quelques éléments de biologie. Deux brefs chapitres ainsi qu’une planche de dessins traitent des pucerons ou poux (luisen) « des cerisiers et autres plantes (chp 39) et du groseillier (chp 42). Sur la planche 14 (Figure 2), sont représentés (C, D et E) des pucerons assez justement dessinés et décrits dans le texte (néanmoins il ne voit que 2 ailes aux ailés…). Il est à noter qu’il ne semblait pas disposer de microscope, mais seulement d’une forte loupe. C’est sans nul doute le premier observateur à rapporter la viviparité des pucerons (Myzus cerasi) ainsi que le fait qu’à l’inverse des vertébrés, leurs petits sortent l’arrière en premier. C’est également le premier à décrire comment un puceron mue et à indiquer qu’ils s’alimentent de la sève des plantes (sap) à l’aide de leur « trompe ». Enfin il voit juste, 7 ans avant Leeuwenhoek qui pensait que les fourmis les mangeaient, en considérant qu’ils sont tétés (uitgesogen) par ces dernières. Il signale des ailés et des aptères, mais se trompe en considérant que les ailés sont des mâles.

    

   

Antonie van Leeuwenhoek, microscopiste hollandais (1632-1723) a produit une œuvre considérable comportant 118 « lettres » (qu’on appellerait aujourd’hui publications) initialement écrites en néerlandais sur ses observations microscopiques, envoyées à l’Académie Royale de Londres qui les a traduites en latin et publiées (Opera Omnia, 1722).

Portrait de Antonie van Leeuwenhoek par by Jan Verkolje (1660-1693)

Dans le premier volume de son œuvre (Arcana Naturae detecta) figure la lettre 90, dédiée au baron de Rhede et datée du 7 juillet 1695. Cette lettre intitulée « De contractione frondium variarum arborum » (de ce qui provoque la déformation du feuillage de divers arbres) rassemble ses observations sur les pucerons. Ces dernières ont été commentées en français par Hartsoeker, et par lui sont arrivées à la connaissance de Réaumur.
Le premier mérite de Leeuwenhoek est d’avoir produit un superbe dessin d’une larve à ptérothèques (Figure 3), probablement de Hyperomyzus lactucae, dont la qualité égale celle des dessins faits avec le matériel optique actuel (il a juste raté les rhinaries antennaires… !).

Leeuwenhoek fait une relation claire entre la présence de pucerons et les boursouflures du feuillage des groseilliers. Il dissèque ces pucerons du groseillier ainsi que ceux d’autres espèces et met en évidence qu’ils contiennent des petits pucerons tout formés, alors qu’on ne distingue pas d’œufs. Il note également que leurs petits sont pondus vivants et fait des expériences sur la fécondité des femelles. Il note que la multiplication de ces animaux est énorme (magnus pullorum). Il confirme donc la viviparité des pucerons et constate qu’il n’a jamais vu de mâles et que tous les pucerons ont des pièces génitales femelles (mais ne va pas plus loin dans ses hypothèses…). Il décrit les mues et signale les sécrétions corniculaires. Il établit que certains pucerons « se transforment » en ailés et d’autre restent aptères, et constate que les ailés pondent aussi des larves. Il essaie d’élever des pucerons du cerisier sur des feuilles de groseillier et constate qu’il n’y arrive pas. Enfin il met en évidence des momies écloses (en hiver) et des pucerons parasités. Malgré quelques erreurs manifestes (il pense que les fourmis sont nuisibles aux pucerons et les consomment et cafouille dans son explication du parasitisme), Leeuwenhoek pose les bases de l’aphidologie en abordant par l’expérimentation les principales caractéristiques biologiques des pucerons. Il ouvre la voie à Réaumur et à Charles Bonnet.

Les pucerons, objets scientifiques : l’énigme de la reproduction

La parthénogenèse a enfin un nom