En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Réseau Nacre

Réseau NACRe - Réseau National Alimentation Cancer Recherche

Réseau NACRe

Le WCRF et l’AICR actualisent les niveaux de preuve des relations nutrition et cancer de l’estomac

10 mai 2016

NACRe_Actualisation WCRF AICR cancer de l'estomac
© Fotolia/magicmine, 2016
Dans ce rapport, le surpoids et l’obésité, et les consommations élevées de boissons alcoolisées, d’aliments conservés par le sel et de charcuteries sont associés à une augmentation du risque de cancer de l’estomac avec un niveau de preuve jugé probable.

Contexte

En collaboration avec l’Imperial College (Londres), le World Cancer Research Fund (WCRF) et l’American Institute for Cancer Research (AICR) actualisent le rapport d’experts de 2007 de manière séquentielle pour toutes les localisations de cancer. L’actualisation a examiné successivement les cancers du sein (2010), du côlon-rectum (2011), du pancréas (2012), de l’endomètre (2013), de l’ovaire (2014), de la prostate (2014), du foie (2015), de la vésicule biliaire (2015), du rein (2015), de la vessie* (2015), et dernièrement de l’estomac (2016).

*Ce rapport n’a pas fait l’objet d’une actualité sur le site web du réseau NACRe car l’unique facteur nutritionnel associé au risque de cancer de la vessie (arsenic dans l’eau de boisson), avec un niveau de preuve probable, est peu pertinent pour la population française par rapport à d’autres pays du monde.

Méthodologie

L’actualisation relative au cancer de l’estomac repose sur la revue systématique des études de cohorte et des essais randomisés contrôlés publiés jusqu’au 28 février 2014. En plus des 119 publications correspondant au rapport de 2007, 131 nouvelles publications ont été identifiées, soit un total de 250 publications (242 études de cohortes et 9 essais randomisés contrôlés) prises en compte dans cette évaluation. Ces études portent soit sur le risque de cancer de l’estomac soit sur la mortalité par cancer de l’estomac.

Niveaux de preuve

Trois nouveaux niveaux de preuve sont établis :

  • Un niveau de preuve probable est établi pour l’augmentation du risque de cancer de l’estomac (cardia**) associée à la surcharge pondérale (surpoids et obésité), estimée par l’indice de masse corporelle (IMC)***.
  • Un niveau de preuve probable est établi pour l’augmentation du risque de cancer de l’estomac associée à la consommation élevée d’aliments conservés par le sel (y compris les légumes en saumure et les poissons salés).
  • Une diminution du risque de cancer de l’estomac (cardia**) est associée à la consommation de citron, avec un niveau de preuve suggéré.

**Partie supérieure (proximale) de l’estomac au contact de l’œsophage.
***L’indice de masse corporelle est défini comme le rapport poids (kg)/taille au carré (m²). Surpoids : IMC compris entre 25 et 30 kg/m² ; obésité : IMC supérieur ou égal à 30 kg/m²

Deux niveaux de preuve sont renforcés :

  • Un niveau de preuve probable est établi pour l’augmentation du risque de cancer de l’estomac associée à une consommation d’alcool supérieure à 45 g/j (en 2007, le niveau de preuve était jugé non concluant).
  • Un niveau de preuve probable est établi pour l’augmentation du risque de cancer de l’estomac (non-cardia) associée à la consommation élevée de charcuteries (en 2007, le niveau de preuve était jugé suggéré). Les méta-analyses dose-réponse montrent une augmentation significative de 18 % du risque pour une augmentation de la consommation de 50 g/j.

Deux niveaux de preuve sont minorés :

  • Une faible consommation de fruits (environ 45 g/j, soit une demi-portion), est associée à une augmentation du risque de cancer de l’estomac avec un niveau de preuve suggéré (en 2007, la diminution du risque de cancer de l’estomac associé à la consommation de fruits était jugée probable).
  • Pour la consommation de légumes de tous types, de piment et de sel total, les niveaux de preuve sont considérés comme non concluants.

Les autres niveaux de preuve sont inchangés :

  • Le niveau de preuve suggéré de l’augmentation du risque de cancer de l’estomac par le mode de cuisson au grill et au barbecue de la viande et du poisson est confirmé.
  • Pour les autres facteurs nutritionnels étudiés, les données disponibles sont encore insuffisantes, les niveaux de preuve restent non concluants.

Niveau de preuve des relations entre les facteurs nutritionnels et le cancer de l’estomac (rapport CUP WCRF/AICR 2016)

Diminution du risque
Augmentation du risque

Convaincant

Probable

Surcharge pondérale (cardia)**
Boissons alcoolisées
Aliments conservés par le sel
Charcuteries (non-cardia)

Suggéré

Citron (cardia)**

Cuisson au grill et barbecue
Faible consommation de fruits

Conclusion

Le cancer de l’estomac fait désormais partie des nombreuses localisations de cancer associées, avec un niveau de preuve convaincant ou probable, à la surcharge pondérale ou à la consommation de boissons alcoolisées. Il est également associé à la consommation élevée d’aliments conservés par le sel ou de charcuteries, soit au total quatre facteurs nutritionnels modifiables.

Ces dernières données issues du rapport d’actualisation WCRF/AICR 2016 concernant le cancer de l’estomac confirment une nouvelle fois l’importance de prévenir le surpoids et l’obésité via le recours à une alimentation équilibrée et diversifiée et la pratique d’une activité physique régulière, et de diminuer la consommation de boissons alcoolisées.

Sur les sites du WCRF (www.wcrf.org et www.dietandcancerreport.org)

 

Sur le site du réseau NACRe