En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Réseau Nacre

Réseau NACRe - Réseau National Alimentation Cancer Recherche

Réseau NACRe

Consommation d’alcool et risque pour la santé : quelles sont les recommandations 2017 de l’avis d’experts coordonné par Santé publique France et l’INCa ?

03 juillet 2017

Consommation alcool France avis des experts 2017
© fotolia/freshidea, 2017
L’Institut National du Cancer (INCa) et l’agence Santé publique France ont coordonné une expertise publiée le 4 mai 2017, proposant une révision des repères de consommation d’alcool, qui est l’une des dix recommandations de l’avis d’experts pour renouveler le discours public français sur l’alcool.

Contexte et objectif

La récente révision des repères de consommation d’alcool par plusieurs pays, la promulgation en janvier 2016 de la Loi de modernisation du système de santé et la publication en juin 2016 d’un rapport de la cour des comptes* ont conduit la Direction Générale de la Santé et la Mission interministérielle de lutte contre les conduites addictives (MILDECA) à saisir en juin 2016 l’INCa et Santé publique France.

L’objectif de cette saisine était d’obtenir des recommandations pour renouveler le discours public sur l’alcool en France, tenant compte :

  • du besoin d’un discours clair et homogène sur le sujet ;
  • de la méconnaissance par le grand public des dommages liés à l’alcool, notamment en matière de cancer ;
  • de l’importance d’engager une réflexion sur les modalités de communication des pouvoirs publics sur la consommation d’alcool ;
  • de la nécessité d’aboutir à des propositions opérationnelles adaptées au contexte français.

*Les politiques de lutte contre les consommations nocives d’alcool, Cour des comptes, Juin 2016.

Méthodologie

L’élaboration des recommandations a été effectuée par un groupe d’experts indépendants, ayant préalablement répondu à un appel à candidatures de Santé publique France. Ce groupe d’experts s’est appuyé sur :

  • les données de la littérature et de la documentation scientifique ;
  • l’audition des parties prenantes qui produisent des discours publics, et d’experts extérieurs ;
  • une analyse de la situation française en termes de niveaux de consommation, d’historique réglementaire, et d’impact de la publicité sur les jeunes ;
  • deux travaux : La modélisation réalisée par le CAMH** de Toronto permettant « L’estimation du risque absolu de mortalité de la population française en fonction des différents niveaux de consommation », et une étude qualitative réalisée par l’Ifop*** sur les « Perceptions actuelles de la population française sur la consommation d’alcool, la connaissance et la compréhension des recommandations officielles ».

**Centre de toxicomanie et de santé mentale
***Institut français d’opinion publique

Les dix recommandations

Recommandations sur les conseils à délivrer au grand public en termes de consommation d’alcool

  1. Informer le grand public sur les risques liés à la consommation d’alcool pour la santé à court terme et sur la vie entière, qui augmentent avec la quantité consommée.

Recommandations sur les stratégies de prévention

  1. Assurer une notoriété importante des nouveaux repères auprès du grand public ;
  2. Renforcer les informations sanitaires obligatoires (publicités et contenants), mettre en place des stratégies publiques de prévention innovantes, notamment avec des campagnes de marketing social ;
  3. Informer et sensibiliser les professionnels de la santé et du secteur médico-social sur ces nouveaux repères de consommation et les outiller pour faire face aux risques liés à la consommation d’alcool.

Recommandations sur le rôle et le discours des pouvoirs publics

  1. Taxer les boissons alcoolisées proportionnellement à la quantité d’alcool et non pas en fonction du type de boisson alcoolisée ;
  2. Construire une politique publique cohérente, tenant compte de la prévention des dommages sanitaires et sociaux et du développement économique des filières concernées ;
  3. Créer un fond dédié aux actions publiques de prévention et de recherche dans le domaine de l’alcool, partiellement financé par les taxes sur l’alcool ;
  4. Modifier l’avertissement réglementaire obligatoire actuel sur les publicités pour l’alcool par « Toute consommation d’alcool comporte des risques pour votre santé » et empêcher les annonceurs d’ajouter un autre message à celui imposé par la loi ;
  5. Faire figurer sur l’étiquette des boissons alcoolisées les informations suivantes : le nombre de verres standard (correspondant à 10 grammes d’alcool), le nombre de calories par verre standard, un avertissement sanitaire et un pictogramme plus visible pour les femmes enceintes ;
  6. Renforcer l’encadrement de la publicité pour les boissons alcoolisées sur internet, en tenant compte des évolutions et des usages de ce support.

Comment limiter les risques pour votre santé ?

En cas de consommation, les experts recommandent, aussi bien pour les hommes que pour les femmes :

  • de ne pas consommer plus de 10 verres par semaine et pas plus de 2 verres par jour ;
  • d’avoir des jours dans la semaine sans consommation.

De plus, pour chaque occasion de consommation :

  • de réduire la quantité totale d’alcool que vous buvez à chaque occasion ;
  • de boire lentement, en mangeant et en alternant avec de l’eau ;
  • d'éviter les lieux et les activités à risques ;
  • de s’assurer que vous avez des personnes que vous connaissez prés de vous et que vous pouvez rentrer chez vous en toute sécurité.

Enfin, l’option la plus sûre est de ne pas consommer d’alcool dans les cas suivants :

  • les femmes envisageant une grossesse, enceintes ou qui allaitent ;
  • les jeunes et les adolescents ;
  • la conduite automobile, la manipulation d’outils ou de machines, la pratique de sports à risque, la consommation de certains médicaments, et l’existence de certaines pathologies.
alcool verre standard

Pour rappel, un « verre standard » contient 10 grammes d’alcool pur, quel que soit le type de boisson alcoolisée (vin, bière, spiritueux).

Conclusion

Comme au Canada (2011) ou en Grande-Bretagne (2016), les experts français ont revu à la baisse les nouveaux repères de consommation d’alcool, notamment en raison des risques de survenue de certains cancers (voies aéro-digestives supérieures, œsophage, côlon-rectum, foie, sein) liés à une consommation d’alcool (INCa, 2015), négligés dans les précédentes recommandations.

En plus de ces nouveaux repères, les experts soulignent l’importance que le discours public soit mieux entendu et unifié entre les différents ministères et institutions, et cohérent avec la réglementation. Pour ce faire, ce discours doit inclure des actions sur la fiscalité, la disponibilité des produits et leur promotion, ainsi que des actions d’éducation, de communication et de marketing social auprès du grand public.