En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Logo Réseau Nacre

Réseau NACRe - Réseau National Alimentation Cancer Recherche

Réseau NACRe

Publication de la fiche repère «Surpoids, obésité et risque de cancers» 2013 par l'Institut National du Cancer (INCa)

14 février 2013

Le surpoids et l'obésité touchent près d'un français sur deux. La relation entre surpoids, obésité et cancers est établie. Dans le cadre des actions de prévention des cancers, l'INCa publie la fiche repère « Surpoids, obésité et cancers » qui fait état des connaissances sur cette question en date du 01 janvier 2013.

D’après l’étude ObEpi (édition 2012), la surcharge pondérale (surpoids et obésité) est fréquemment observée en France, chez les hommes et les femmes, les adultes et les enfants. Le surpoids et l’obésité concernent respectivement 32,3 % et 15 % des plus de 18 ans. Ainsi 47,3 % des adultes sont en surcharge pondérale.

L’indice de masse corporelle (IMC) permet de mesurer la surcharge pondérale. Il correspond au rapport du poids (en kg) sur la taille au carré (en m2). Un poids normal correspond à un IMC compris entre 18,5 et 25 kg/m2 pour un adulte, et entre 21 et 25 kg/m2 pour les personnes de plus de 70 ans. Entre 1997 et 2012, l’IMC moyen de la population française est passé de 24,3 à 25,4 kg/m2.

La relation entre surpoids, obésité et plusieurs localisations de cancer est scientifiquement établie. D’après des méta-analyses récentes, pour une augmentation de l’IMC de 5 kg/m², l’augmentation de risque de cancer est de :

  • 60 % pour le cancer de l’endomètre (corps de l’utérus) ;
  • 51-52 % pour l’adénocarcinome de l’œsophage ;
  • 24 % et 34 % pour le cancer du rein, respectivement chez l’homme et la femme ;
  • 24 % et 9 % pour le cancer du côlon, respectivement chez l’homme et la femme ;
  • 12-13 % pour le cancer du sein après la ménopause ;
  • 13 % et 10 % pour le cancer du pancréas, respectivement chez l’homme et la femme ;
  • 9 % et 2 % pour le cancer du rectum, respectivement chez l’homme et la femme ;
  • 9 % et 59 % pour le cancer de la vésicule biliaire, respectivement chez l’homme et la femme.

De plus, le surpoids et l’obésité semblent majorer les risques de récidives, de seconds cancers et de mortalité globale ou par cancer. Par exemple, les femmes obèses au diagnostic d’un cancer du sein ont un risque majoré de 30 % de mortalité comparé aux femmes non obèses.

Les différentes mesures prises aux plans international et national pour lutter contre la surcharge pondérale sont aussi mentionnées dans cette fiche.

Par ailleurs, la part des cancers évitables pour la surcharge pondérale a été estimée à 21 % aux USA, 18 % au Royaume-Uni, 14 % au Brésil et 13 % en Chine. Annuellement, cela représenterait respectivement 101 000, 21 000, 13 000 et 103 000 nouveaux cas de cancers pouvant être évités dans ces pays.

En conclusion, la surcharge pondérale est un facteur de risque de multiples cancers, qui justifie un effort majeur en termes de prévention.