En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Logo Réseau Nacre

Réseau NACRe - Réseau National Alimentation Cancer Recherche

Réseau NACRe

Publication du rapport INCa « Nutrition et prévention primaire des cancers : actualisation des données »

23 juin 2015

[MAJ 14/04/16] Ce rapport, coordonné par l’Institut National du Cancer (INCa) avec l'appui scientifique du réseau NACRe, actualise les niveaux de preuve des relations entre 10 facteurs nutritionnels et le risque de cancer. Ces données récentes confirment une nouvelle fois l’importance de la nutrition dans la prévention primaire des cancers.

Contexte et objectif

Les recommandations émises dans une perspective mondiale par le World Cancer Research Fund (WCRF) et l’American Institute for Cancer Research (AICR) (rapport 2007) ont été adaptées au contexte nutritionnel français, donnant lieu à des recommandations publiées en 2009 dans la brochure « Nutrition & prévention des cancers : des connaissances scientifiques aux recommandations ». Depuis la publication du rapport de 2007, des rapports d’expertise WCRF/AICR par localisation de cancer et de nombreuses nouvelles études sont parus, justifiant l’actualisation des données de cette brochure.

L’objectif de ce rapport est de faire un état des connaissances actualisé sur les liens entre différents facteurs nutritionnels considérés comme pertinents dans le contexte français et le risque de cancer primitif pour les localisations de cancer concernées.

Méthodologie

Processus d’expertise collective

L’INCa en charge de la coordination du rapport a constitué un groupe de travail composé d’experts dans le champ de la nutrition et du cancer, tous membres du réseau NACRe. La méthodologie et le document finalisé ont été validés par le comité de suivi piloté par l’INCa et constitué des institutions partenaires : Direction générale de la santé(DGS), Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes) et Institut de veille sanitaire (InVS). L’actualisation des connaissances a été réalisée à partir des données WCRF/AICR les plus récentes (rapport de 2007 et rapports d’actualisation par localisation de cancer de 2010 à 2014) et des résultats de 137 nouvelles études (méta-analyses, analyses poolées et essais d’intervention) publiées sur la période 2006-2014.

Facteurs nutritionnels considérés

Au total, 10 facteurs nutritionnels ont été examinés : les huit facteurs pour lesquels les relations convaincantes ou probables avec certaines localisations cancéreuses conduisaient à des recommandations en France en 2009 : boissons alcoolisées, surpoids et obésité, viandes rouges et charcuteries, sel et aliments salés, compléments alimentaires à base de bêta-carotène, activité physique, fruits et légumes, et allaitement ; deux autres facteurs, pour lesquels la relation avec certaines localisations était définie comme probable ou convaincante dans le rapport WCRF/AICR 2007 : lait et produits laitiers et fibres alimentaires.

Résultats

Au total, ce sont près de 150 relations entre les facteurs nutritionnels considérés et le risque de diverses localisations de cancer qui ont été examinées par le groupe de travail. Dans la majorité des cas, ce travail d’actualisation conforte les évaluations WCRF/AICR récentes. Pour plusieurs facteurs nutritionnels, il fournit également des informations nouvelles : d’une part, il permet d’établir des niveaux de preuve à l’égard de localisations de cancer jusqu’alors non mentionnées (exemple : surcharge pondérale et cancers hématopoïétiques) ; d’autre part, il révise le niveau de preuve de certaines relations (exemple : fibres et cancer du sein). En s’appuyant sur les niveaux de preuve convaincants ou probables ainsi actualisés, les facteurs nutritionnels sont classés en deux groupes :

  • Cinq facteurs augmentent le risque de cancer : boissons alcoolisées, surpoids et obésité, viandes rouges et charcuteries, sel et aliments salés, compléments alimentaires à base de bêta-carotène ;
  • Cinq facteurs diminuent le risque de cancer : activité physique, fruits et légumes, fibres alimentaires, produits laitiers, allaitement.
    NB : ces aliments ou nutriments ne doivent pas pour autant être qualifiés d' « anticancer ». En effet, le cancer étant une maladie plurifactorielle, aucun aliment ou composant à lui seul ne peut s'opposer au développement de cette pathologie.
     

Facteurs nutritionnels augmentant ou diminuant le risque de cancer avec un niveau de preuve convaincant ou probable et localisations de cancer concernées (Rapport INCa 2015)

Tableau facteurs nutritionnels augmentant ou diminuant le risque de cancer

Cliquez sur l'image pour l'agrandir
 

Ce rapport fournit également des informations sur l’estimation de la part de l’incidence des cancers ou de la mortalité par cancer attribuable aux facteurs nutritionnels ainsi que sur les relations entre profils alimentaires et risque de cancer.

Conclusion

Ces données actualisées confirment une nouvelle fois l’importance des objectifs prioritaires en matière de prévention nutritionnelle des cancers pour la population française, conformes aux repères du Programme National Nutrition Santé (PNNS) :

  • diminuer la consommation des boissons alcoolisées,
  • avoir une alimentation équilibrée et diversifiée, en évitant de recourir aux compléments alimentaires,
  • pratiquer une activité physique régulière

De plus pour les femmes en âge de procréer, ces données confirment l’importance de privilégier l’allaitement.

Ces résultats soulignent également la nécessité d’approfondir les recherches pour les associations dont le niveau de preuve est « suggéré » ou « non concluant » afin de consolider les connaissances.