En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Réseau Nacre

Réseau NACRe - Réseau National Alimentation Cancer Recherche

Réseau NACRe

Remise des « Propositions pour un nouvel élan de la politique nutritionnelle française de santé publique » à la ministre de la santé

05 février 2014

Le 28/01/2014, dans le cadre de la Stratégie Nationale de Santé, les professeurs Serge Hercberg et Arnaud Basdevant ont remis à la ministre de la Santé deux rapports contenant des propositions concrètes destinées à donner un nouvel élan au Programme National Nutrition Santé (PNNS) et au Plan Obésité (PO). Le premier est consacré à la prévention nutritionnelle et le second à la prise en charge des maladies liées à la nutrition.

Contexte

Les maladies chroniques (cancers, maladies cardiovasculaires, diabète…), représentent des enjeux majeurs de santé publique. La nutrition (intégrant l’alimentation et l’activité physique) joue un rôle important dans l’incidence de ces maladies multifactorielles et dans leur prise en charge.

La Stratégie Nationale de Santé, présentée par la ministre de la santé en septembre 2013, vise la réduction des inégalités sociales et territoriales de santé, notamment pour la jeunesse et les populations vulnérables. Dans ce cadre, et en vue de la préparation de la nouvelle Loi de Santé Publique 2014, la rédaction d’un rapport destiné à donner un nouvel élan à la politique nutritionnelle française a été confiée aux présidents du PNNS (Pr S. Hercberg) et du PO (Pr A. Basdevant).

Propositions de mesures concernant la prévention nutritionnelle (Pr S. Hercberg)

Elles s’appuient sur la littérature scientifique et les principaux rapports en nutrition et santé publique, l’audition d’experts et de parties prenantes dans les domaines liés à la nutrition, et l’analyse des évaluations du PNNS et du PO. Dans certains champs où les mesures incitatives ont atteint leurs limites, elles font appel à la réglementation.

Elles ont notamment pour ambition de :

  • pérenniser et amplifier des actions menées dans le cadre du PNNS et du PO ;
  • informer les consommateurs sur la qualité nutritionnelle des aliments par l’affichage d’une échelle de qualité nutritionnelle sur la face avant de l’emballage des aliments ;
  • orienter le marketing alimentaire en régulant la publicité en fonction de la qualité nutritionnelle des aliments et en interdisant celle pour les compléments/suppléments nutritionnels et les régimes amaigrissants ;
  • favoriser l’accessibilité économique aux aliments de meilleure qualité nutritionnelle et améliorer l’offre alimentaire en termes de qualité nutritionnelle en mettant en place une taxe ou une subvention en fonction de leur qualité nutritionnelle ;
  • impacter l’état nutritionnel et l’état de santé des populations fragiles en :
    • favorisant l’accessibilité à l’activité physique et sportive par des aides financières et par le développement de l’offre et de la promotion des transports actifs ;
    • favorisant l’accès aux fruits et légumes par des aides financières et l’augmentation du nombre de points de vente ou de culture ;
    • permettant à l’INPES de réaliser des campagnes de communication télévisuelles gratuites sur l’échelle de qualité nutritionnelle ;
    • améliorant l’offre alimentaire des distributeurs automatiques ;
    • règlementant la teneur en sel et en fibres dans la fabrication du pain ; 
    • interdisant des promotions au volume pour les aliments et boissons (alcoolisées ou non) dont la qualité nutritionnelle est considérée comme défavorable à la santé ; 
    • utilisant le temps périscolaire pour la pratique de l’activité physique et l’information sur l’échelle de qualité nutritionnelle ;
    • promouvant la diversité de l’image du corps ;
    • fournissant aux structures concernées les moyens d’évaluer les mesures mises en œuvre et l’atteinte des objectifs du PNNS.

Propositions de mesures concernant la prise en charge des maladies liées à la nutrition (Pr A. Basdevant)

Elles s’appuient sur les recommandations de sociétés savantes et de la Haute Autorité de Santé, des rapports d’experts internationaux, et des échanges lors du séminaire sur le parcours de soins (Institut Curie et Université Paris Dauphine 2013). Elles visent les soins au-delà de la question de l’obésité, avec une attention particulière à la malnutrition et aux désordres alimentaires des jeunes et à la dénutrition à tous âges.

Concrètement, elles préconisent notamment de :

  • mettre en place des parcours de soins pour les maladies de la nutrition et inscrire la  nutrition dans le parcours de soins des maladies chroniques ;
  • faciliter l’accès et le partage de l’information en nutrition pour les professionnels de santé et les personnes malades ;
  • lutter contre la malnutrition chez les jeunes et la dénutrition à tous âges ;
  • poursuivre le maillage territorial des soins pour l’obésité ;
  • organiser et valoriser les activités paramédicales dans la mise en place des programmes thérapeutiques et préventifs ;
  • garantir l’égalité d’accès aux spécialistes en augmentant leur nombre et en facilitant leur identification ;
  • étendre la promotion de la santé nutritionnelle en dehors du cadre du soin aux acteurs institutionnels, économiques et associatifs pour améliorer l’offre et l’accessibilité alimentaire et d’activité physique ;
  • innover dans les missions et les métiers de la nutrition et de l’activité physique adaptée en définissant plus clairement le métier de nutritionniste, et en créant une nouvelle fonction de coordination et d’organisation ;
  • soutenir l’innovation et la recherche ;
  • informer le public et inclure les associations dans le développement des actions.

 

Sur le site de la documentation française (http://www.ladocumentationfrancaise.fr)

 

Sur le site NACRe