En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Réseau Nacre

Réseau NACRe - Réseau National Alimentation Cancer Recherche

Réseau NACRe

Les repères alimentaires pour les adultes sont actualisés !

10 avril 2017

Revision reperes alimentaires adulte HCSP 2017
© Fotolia/bit24, 2017
Ces repères, qui visent à améliorer l’état de santé de la population, viennent d’être révisés par le Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP). Certains repères sont redéfinis, d’autres sont ajoutés : ils sont désormais au nombre de douze.

Contexte et méthodologie

En juillet 2016, le HCSP a été saisi par la Direction générale de la santé (DGS) afin d’actualiser les repères du futur Programme National Nutrition Santé (2017-2021), le PNNS 4.

Ces nouveaux repères alimentaires ont pour objectif principal de maintenir ou améliorer l’état de santé de la population, en limitant notamment le risque de certaines maladies chroniques. Ils répondent à trois enjeux principaux : la prévention du risque nutritionnel, la prise en compte des habitudes alimentaires et la limitation de l’exposition aux contaminants environnementaux, tels que les pesticides et métaux lourds.

Pour les définir, le HCSP a pris en considération :

  • Les rapports d’expertise scientifique de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), relatifs à l’actualisation des repères du PNNS, publiés en janvier 2017 ;
  • Des auditions d’experts dans certains champs de la nutrition ;
  • Des documents portant sur les repères de consommation et recommandations nutritionnelles d’autres pays occidentaux ;
  • Des résultats d’études menées par l’institution Santé publique France auprès du grand public portant sur la compréhension, la connaissance et l’acceptabilité des repères alimentaires utilisés jusqu’à présent.

Ces nouveaux repères seront intégrés et diffusés dans le cadre du nouveau PNNS 2017-2021 par l’Agence Santé Publique France.

Des aliments mis en avant

Trois nouveaux repères spécifiques ont été définis :

  • les produits céréaliers complets peu raffinés, à consommer quotidiennement, en notant que parmi les céréales du petit déjeuner, seules celles qui sont complètes non sucrées peuvent être incluses dans ce groupe ;
  • les légumineuses, à consommer au moins deux fois par semaine, permettent de compléter l’apport en fibre et peuvent être considérées comme des substituts des viandes et des volailles dans le cadre de certains régimes alimentaire ;
  • les fruits à coque sans sel ajouté (amandes, noix, noisettes…), riches en nutriments mais caloriques, sont à consommer en petite quantité.

Des consommations à limiter et d’autres à encourager

Le HCSP conseille de limiter la consommation de viande rouge (bœuf, porc, veau, mouton, chèvre, cheval, sangler, biche) en ne dépassant pas 500 g par semaine, et de privilégier la consommation de volaille. Pour la charcuterie, il est conseillé de limiter la consommation à moins de 150 g par semaine (au sein de ce groupe d’aliments, privilégier le jambon blanc).

Il conseille également de limiter la consommation des produits sucrés, dont font partie les boissons sucrées (sodas, sirop…) et en général les céréales du petit-déjeuner, les matières grasses ajoutées et le sel.

Les repères de consommation des produits laitiers ont été revus à la baisse, puisqu’il est dorénavant conseillé de consommer 2 produits laitiers par jour (au lieu de 3 précédemment), en prenant en compte les tailles de portion suivantes : 150mL de lait, 125g de yaourt et 30g de fromage.

Les repères de consommation des fruits et légumes sont confirmés : le HCSP encourage de consommer au moins 5 portions (de 80 à 100g) de fruits et légumes par jour sous n’importe quelle forme : frais, surgelés, ou en conserve. Le HCSP encourage à augmenter sa consommation, quelle que soit sa consommation initiale. Concernant les jus de fruit, seul un verre par jour peut compter pour une portion de fruits et légumes, en privilégiant les fruits frais pressés.

Pour les poissons et fruits de mer le repère de consommation établi à deux portions par semaine (dont un poisson gras) reste inchangé. Le HCSP conseille toutefois de varier les espèces et les lieux d’approvisionnement afin de limiter l’exposition aux contaminants.

Enfin, l’eau reste la seule boisson recommandée (à volonté).

Tableau nouveaux reperes de consommation adultes - HCSP, 2017

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Certains aliments ne font pas l’objet de recommandations spécifiques, aucun argument scientifique ne permettant d’établir un repère ou une limite de consommation particulière. Ils peuvent être consommés dans la mesure où cela n’entrave pas l’atteinte des autres repères alimentaires.

La prise en compte du mode de production

Selon un principe de précaution, le HCSP suggère de privilégier les aliments cultivés selon des modes de production diminuant les expositions aux pesticides, notamment pour les fruits et légumes, les légumineuses et les produits céréaliers.

Le recours aux produits BIO* est un élément complémentaire aux principaux repères de consommation, qui sont les critères de choix prioritaires : par exemple pour les fruits et légumes, le repère de consommation est d’au moins 5 par jour, qu’ils soient BIO ou non. De plus, un produit gras et/ou sucré, même BIO, reste un produit gras et/ou sucré.

*Agriculture certifiée, suivant le cahier des charges de l’agriculture BIO

Et plus généralement…

Le HCSP invite à privilégier l’utilisation de produits bruts, les aliments de saison, les circuits courts, et la variété en diversifiant les lieux et les modes d’approvisionnement.

Il conseille d’éviter les portions et les consommations excessives, le grignotage, la consommation régulière de produits grillés ou avec un brunissement fort, les régimes amaigrissants restrictifs en dehors d’indications médicales, et la prise de compléments alimentaires en dehors de prescriptions médicales.

Il met également l’accent sur la notion de plaisir, en prenant suffisamment de temps pour manger et profiter des repas.