En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Réseau Nacre

Réseau NACRe - Réseau National Alimentation Cancer Recherche

Réseau NACRe

Equipe NACRe 38 : Stress Cellulaire

Centre de Recherche en Cancérologie de Marseille (CRCM) - Cancéropôle PACA

Dr Alice Carrier
© Inra, 2014
L’équipe se consacre à l’étude du stress cellulaire favorisant le cancer pancréatique, d’un point de vue fondamental et de médecine translationnelle ; dans ce cadre est menée une étude des dérégulations métaboliques liées, entre autres, aux facteurs alimentaires.

Dr Alice Carrier

CRCM – Aix-Marseille Université, CNRS UMR7258, Inserm U1068, Institut Paoli-Calmettes
Parc Scientifique de Luminy, Case 915, 163 avenue de Luminy
13288 Marseille Cedex 09

Correspondante NACRe : Alice Carrier (Dir. Equipe Juan Iovanna)
  

ABDELHADI Nadine

Doctorante

ACIER Angelina

Doctorante

CARRIER Alice

DR2 CNRS
Chercheur

CRENON Isabelle

MCU AMU

GICQUEL Tristan

IE CDD

GOUIRAND Victoire

Doctorante

GUILLAUMOND Fabienne

CR1 Inserm

JAUNE Emilie

Post-doctorante

MASOUD Rawand

Post-Doctorante

REYES CASTELLANOS Gabriela

Doctorante

VASSEUR Sophie

DR2 INSERM
Chercheur

VOLPOET Christian

Doctorant

Approche spécifique de la thématique

Les cancers du pancréas sont majoritairement des adénocarcinomes canalaires pancréatiques (PDAC), les autres étant surtout des tumeurs neuroendocrines de meilleur pronostic. Le PDAC est un des cancers les plus dramatiques car souvent diagnostiqué tardivement (quand des métastases sont déjà installées), opérable dans 15 % des cas, et très résistant aux chimiothérapies. En conséquence, c’est un des cancers les plus meurtriers, avec un taux de survie à 5 ans inférieur à 5 % et une médiane de survie de 6 mois après diagnostic. Des progrès récents dans la connaissance de la physio-pathologie des tumeurs pancréatiques ont notamment mis en évidence l’existence d’un stroma important autour des cellules tumorales qui assiste leur croissance et les protège. Toutefois, il reste beaucoup d’inconnues dans la connaissance des bases moléculaires des dysfonctionnements inhérents aux cellules tumorales pancréatiques et de leur dialogue avec leur microenvironnement.

L’équipe de Juan Iovanna « Stress cellulaire » du CRCM participe très activement à l’effort nécessaire au développement de nouvelles stratégies thérapeutiques. Plusieurs groupes de recherche au sein de cette équipe abordent différents aspects de la physiopathologie du PDAC. Les recherches de deux de ces groupes s’intègrent dans la thématique « Nutrition et Cancer » car elles visent à décrypter les transformations métaboliques dans le PDAC, qui peuvent être à la fois la cause et la conséquence de l’évolution cancéreuse.

Le domaine de recherche du métabolisme des cancers a connu un essor vertigineux ces dernières années, ce qui est justifié considérant que les tumeurs en phase de croissance mettent en place des changements métaboliques importants pour satisfaire leurs fortes exigences énergétiques et en biomasse. L’activation de la glycolyse (productrice d’ATP) en condition aérobie (effet Warburg), des voies métaboliques des acides aminés et de certaines voies métaboliques des lipides permettent de satisfaire ces besoins. L’identification précise des voies métaboliques spécifiquement altérées dans le PDAC restent à découvrir, et pourraient constituer de nouvelles cibles thérapeutiques prometteuses.

Groupe « Métabolisme énergétique et stress oxydatif » dirigé par Alice Carrier.

Ce groupe s’intéresse depuis plus de 10 ans aux bases moléculaires du risque accru de cancers digestifs dans les pathologies inflammatoires chroniques, dans un but à la fois d’amélioration des connaissances fondamentales et de leur transfert vers la clinique préventive et thérapeutique. Deux des principaux facteurs de risque de cancer bien connus sont l’obésité et le diabète de type 2, deux pathologies de plus en plus fréquentes dans nos pays industrialisés et posant un problème majeur de santé publique. Ces pathologies s’accompagnent d’une inflammation systémique chronique et locale, corrélée à un fort stress oxydatif, mais d’autres processus moléculaires doivent être recherchés. Dans ce cadre, le groupe a identifié une nouvelle protéine de réponse au stress, TP53INP1, et a démontré son activité suppressive de tumeur via ses propriétés anti-inflammatoires. En outre, ces travaux de génomique fonctionnelle ont mis en évidence le rôle de TP53INP1 dans la régulation du métabolisme énergétique et du potentiel redox via sa participation dans la mitophagie, l’autophagie spécifique des mitochondries. Toutes nos données rassemblées montrent que la perte précoce de TP53INP1 au cours de la carcinogenèse pancréatique altère le contrôle qualité du compartiment mitochondrial favorisant ainsi un stress oxydatif chronique soutenant le développement tumoral. Dans la continuité de ces travaux, le projet actuel du groupe vise à décrypter les dérégulations du métabolisme énergétique, du statut redox et de l’inflammation dans le cancer du pancréas exocrine, en tirant parti d'une collection de cellules cancéreuses humaines et de modèles de souris génétiquement modifiées.

La première altération métabolique des cancers identifiée est la glycolyse aérobie ou effet Warburg. Otto Warburg a rapporté en 1924 une forte consommation de glucose et production de lactate par la glycolyse dans les cellules cancéreuses, même en présence d’oxygène. Warburg avait ensuite émis l’hypothèse que les cellules cancéreuses recourent à la glycolyse pour la production d’énergie sous forme d’ATP du fait de mitochondries défectueuses. Les mitochondries sont des organelles cellulaires qui jouent un rôle fondamental dans le métabolisme et la physiologie cellulaires. Elles sont la principale source d’ATP produit par la chaine respiratoire dans la membrane interne mitochondriale (processus appelé aussi phosphorylation oxydative ou OXPHOS). Elles produisent aussi des espèces réactives de l’oxygène (ROS) qui sont des sous-produits de la chaine de transfert d’électrons dans la chaine respiratoire. Elles sont un nœud métabolique du métabolisme des glucides, acides aminés et lipides (beta oxidation ou FAO pour Fatty Acid Oxidation). Enfin elles jouent un rôle central dans la mort cellulaire (apoptose intrinsèque). Leur rôle dans les cancers est resté longtemps peu exploré en partie en raison de l’hypothèse de Warburg proposant leur inactivité dans les cancers. Cette hypothèse a été récemment réfutée par la démonstration que les mitochondries sont toujours fonctionnelles dans la plupart des cellules cancéreuses et qu’elles sont le siège d’altérations de certaines voies métaboliques. En outre, des études récentes montrent qu’elles sont indispensables à la prolifération des cellules cancéreuses et que leurs fonctions représentent des cibles en clinique pour développer de nouvelles approches diagnostiques, pronostiques et thérapeutiques. Enfin, des études récentes et convaincantes sont en faveur de leur rôle primordial dans la résistance thérapeutique. Malgré ces efforts, l’étude des mitochondries dans les cancers reste un domaine émergent peu exploré, notamment dans le cadre du cancer du pancréas.

Dans ce contexte, le groupe d’Alice Carrier s’intéresse au rôle des mitochondries dans la physio-pathologie du cancer pancréatique, en faisant l’hypothèse que les mitochondries jouent un rôle primordial dans la croissance et la survie des cellules cancéreuses pancréatiques ainsi que dans leur résistance aux thérapies. En outre, nous proposons que la connaissance de ce rôle puisse être utilisée pour stratifier les patients selon leur métabolisme mitochondrial et développer de nouvelles voies de ciblage thérapeutique. Pour répondre à ces questions, le groupe met en œuvre un projet qui répond à trois objectifs :

1- décrypter le fonctionnement mitochondrial dans une collection de cellules tumorales issues de patients atteints de PDAC ;

2- utiliser cette connaissance pour développer de nouvelles approches de chimiothérapies combinant une chimiothérapie standard et le ciblage du métabolisme énergétique pour favoriser l’élimination des tumeurs ;

3- explorer l’implication des mitochondries dans les mécanismes de résistance intrinsèque et extrinsèque aux chimiothérapies actuelles. Au sein de l'objectif 1, nous prévoyons de retourner vers le dossier médical des patients dont sont issues les tumeurs afin de corréler (ou non) les caractéristiques du métabolisme mitochondrial des cellules et la présence d’un syndrome métabolique (obésité, diabète de type 2, pathologies cardiovasculaires) chez ces mêmes patients. Dans son ensemble, ce projet contribuera à l’amélioration des connaissances des dysfonctionnements spécifiques du cancer pancréatique, ouvrant la voie vers de nouvelles stratégies thérapeutiques en clinique.

Groupe « Métabolisme du cancer pancréatique » dirigé par Sophie Vasseur.

La forte réaction stromale prenant place lors de la progression tumorale pancréatique réduit la vascularisation de cette tumeur ce qui entraîne une privation en nutriments et en oxygène au niveau des cellules tumorales. Ces dernières activent, en conséquence, des voies métaboliques spécifiques de cette tumeur leur permettant de résister à ce stress métabolique et hypoxique environnemental.

Le groupe de S. Vasseur a défini la signature métabolique transcriptionnelle de l’adénocarcinome pancréatique. Les données obtenues ces dernières années ont révélé que le compartiment hypoxique de cette tumeur était constitué de cellules extrêmement agressives ayant une forte activité glycolytique permettant une libération de lactate qui, à travers le phénomène de symbiose tumorale, est utilisé comme substrat par les cellules oxygénées environnantes. Par ailleurs, cette activité glycolytique renforcée des cellules hypoxiques active, en association avec la prise et le catabolisme de la glutamine, une 3ème voie : celle des hexosamines responsable de modifications post-traductionnelles reconnue comme activatrices de protéines oncogéniques. Le groupe a aussi pu mettre en exergue l’avidité en cholestérol des cellules tumorales pancréatiques. Il a démontré que la voie de prise de cholestérol, et non la voie de synthèse, permet de fournir le cholestérol nécessaire aux cellules tumorales et que le blocage du récepteur aux LDL, le LDLR, limite la progression tumorale et améliore la sensibilité de ces cellules à la gemcitabine, le traitement de référence pour les patients atteints d’un adénocarcinome pancréatique. L’ensemble de ces données démontrent qu’une profonde reprogrammation métabolique prend place au sein de cette tumeur. Par ailleurs, les patients atteint de ce type de cancer présentent un syndrome cachectique sévère et dans la plupart des cas irréversible. Cette cachexie sévère impacte directement le statut de performance des patients et impose une diminution des doses de chimiothérapies standards pour ces patients réduisant ainsi leurs chances de survie. Le groupe s’attache à comprendre le dialogue métabolique qui existe entre la tumeur pancréatique et les tissus métaboliques de l’hôte, afin de trouver des pistes thérapeutiques pour empêcher la progression de la cachexie vers l’étape irréversible. Les remaniements métaboliques survenant dans le tissu adipeux, le foie, et les muscles au cours de la carcinogénèse pancréatique sont étudiés grâce à l’utilisation de modèles murins transgéniques développant de manière spontanée des tumeurs pancréatiques et présentant un syndrome cachectique associé

Pour en savoir plus
http://crcm.marseille.inserm.fr/equipesde-recherche/juan-iovanna/

Projets collaboratifs ayant obtenu le label NACRe

Année d’obtention

Titre du projet

Equipes NACRe

2017

La cachexie associée au cancer pancréatique :étude de la connexion
entre la reprogrammation métabolique tumorale, l’inflammation et le
transport de métabolites

Equipe coordinatrice :
NACRe 38
Equipe partenaire :
NACRe 02

Pour plus d’information, cliquez ici.

Publications récentes dans la thématique Nutrition et Cancer

  • Zidi B, Vincent-Fabert C, Pouyet L, Seillier M, Vandevelde A, N’guessan P, Guittard G, Mancini SJC, Duprez E, Carrier A. TP53INP1-deficiency maintains murine B lymphopoiesis in aged bone marrow through redox-controlled IL-7R/STAT5 signaling. PNAS 2018 (In press).
  • Ng KY, Chan LH, Chai S, Tong M, Guan XY, Lee NP, Yuan YF, Xie D, Lee TK, Dusetti NJ, Carrier A, Ma S. TP53INP1 downregulation activates a p73-dependent DUSP10/ERK signaling pathway to promote metastasis of hepatocellular carcinoma. Cancer Res. 2017 Sep 1;77(17):4602-12. [Résumé PubMed 28674078]
  • Olivares O, Jared R. Mayers JR, Gouirand V, Torrence ME, Gicquel T, Borge L, Lac S, Roques J, Lavaut MN, Berthezène P, Rubis M et al. Collagen-derived proline promotes pancreatic ductal adenocarcinoma cell survival under nutrient limited conditions. Nat Commun. 2017 Jul 7;8:16031. [Résumé PubMed PMID 28685754]
  • Carrier A. Metabolic syndrome and oxidative stress: a complex relationship. Antioxid Redox Signal. 2017 Mar 20;26(9):429-31. [Résumé PubMed PMID 27796142]
  • Le-Grand M, Berges R, Pasquier E, Montero M-P, Borge L, Carrier A, Vasseur S, Bourgarel V, Buric D, Andre N, Braguer D, Carré M. Akt targeting as a strategy to boost chemotherapy efficacy in non-small cell lung cancer through metabolism suppression. Sci Rep. 2017 Mar 23;7:45136. [Résumé PubMed PMID 28332584]
  • Seillier M, Pouyet L, N'Guessan P, Nollet M, Capo F, Guillaumond F, Peyta L, Dumas JF, Varrault A, Bertrand G, Bonnafous S, Tran A et al. Defects in mitophagy promote redox-driven metabolic syndrome in the absence of TP53INP1. EMBO Mol Med. 2015 Jun;7(6):802-18. [Résumé PubMed PMID 25828351]
  • Guillaumond F, Bidaut G, Ouaissi M, Servais S, Gouirand V, Olivares O, Lac S, Borge L, Roques J, Gayet O, Pinault M, Guimaraes C et al. Cholesterol uptake disruption, in association with chemotherapy, is a promising combined metabolic therapy for pancreatic adenocarcinoma. Proc Natl Acad Sci U S A. 2015 Feb 24;112(8):2473-8. [Résumé Pubmed PMID 25675507]
  • Guillaumond F, Leca J, Olivares O, Lavaut MN, Vidal N, Berthezène P, Dusetti NJ, Loncle C, Calvo E, Turrini O, Iovanna JL, Tomasini R et al. Strengthened glycolysis under hypoxia supports tumor symbiosis and hexosamine biosynthesis in pancreatic adenocarcinoma. Proc Natl Acad Sci U S A. 2013 Mar 5;110(10):3919-24. [Résumé Pubmed PMID 23407165]