En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu INRA Agrocampus-Ouest Université de Pau et des Pays de l'Adour

Observatoire de Recherche en Environnement Petits Fleuves Côtiers

ORE PFC

Actualités

Toutes les actualités
Station Moulin des Princes

Station de contrôles des Poissons Migrateurs du Moulin des Princes

826 saumons : 737 castillons et 89 saumons de printemps sont enregistrés à la date du 21 août à 18h. L'année record 2017 en bonne voie pour...
Lire la suite
Projet SAMARCH

L'ORE DiaPFC partenaire du projet SAMARCH

L’ORE DiaPFC est partenaire du projet SAMARCH pour une meilleure gestion des salmonidés (truite de mer et saumon) dans la Manche
Lire la suite
Logo GBIF

Datasets Saumon : trois nouveaux jeux de données sur le site du GBIF

L'ORE DiaPFC a partagé des données sur les Indices d’abondance saumon dans trois rivières de France
Lire la suite
Obervatoire des Poissons Migrateurs en Bretagne

Lettre d'information de l'Observatoire des poissons migrateurs en Bretagne

La lettre n°6 vient de paraître
Lire la suite

Missions de l'ORE PFC

scorffsite250

Contexte
Les petits cours d’eau, qu’ils soient fleuves ou têtes de bassin de grands systèmes fluviaux, jouent un rôle important dans le maillage du territoire. Pour le seul grand ouest français, on ne dénombre pas moins de 62 fleuves dont le bassin versant est inférieur à 3000 km² et 54 à 1000 km². Dans l’ouest de l’Europe, un rapport récent signale l’existence de plus de 100 000 petits bassins versants côtiers de moins de 100 km².

Parallèlement, l'aménagement du territoire et les usages multiples des ressources en eau (agricoles ou industriels, eau potable, loisirs…) sont à l'origine de tensions quant à l'utilisation et à la préservation de ces ressources, tant d'un point de vue quantitatif que qualitatif.Or, du fait de l’intrication étroite entre ces petits cours d’eau et les paysages agricoles, ces écosystèmes et les ressources renouvelables associées sont des entités sensibles à : (i) des pressions locales, principalement celles liées aux activités agricoles et (ii) des pressions globales liées aux changements climatiques (température, précipitations…), aux changements d’occupation des terres ou aux invasions biologiques. Ces contraintes sollicitent les capacités de résistance, de plasticité et d’adaptation des organismes, des populations, des communautés qui influent sur les capacités de résilience de ces écosystèmes.

Lire la suite