En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu INRA Agrocampus-Ouest Université de Pau et des Pays de l'Adour

Observatoire de Recherche en Environnement Petits Fleuves Côtiers

ORE PFC

Appartenance à un réseau national ou international d’observatoires

Au niveau national 

Une partie des données récoltées sur les sites de l'ORE sont intégrées dans le Réseau Hydrobiologique et Piscicole (RHP) géré et piloté par l'Office national de l'Eau et des Milieux Aquatiques (ONEMA). Ce réseau a pour objectif :

  • de faire un bilan annuel de l’état des peuplements de poissons dans les cours d’eau français,
  • de suivre l’évolution de ces peuplements en les reliant aux impacts des phénomènes naturels (sécheresses, crues) et des activités humaines,
  • de fournir des informations sur certaines espèces d’intérêt écologique, halieutique ou patrimonial.  www.image.eaufrance.fr

Par ailleurs, les unités ECOBIOP et ESE ont développé et testé des méthodes simples pour estimer l’abondance annuelle des juvéniles de salmonidés sur les trois sites de l’ORE. Ces techniques sont maintenant couramment utilisées sur le réseau de surveillance du recrutement de juvéniles de saumons (pour la truite, c’est en cours), réseau coordonné par l'ONEMA et les Fédérations Départementales de Pêche et de Protection des Milieux Aquatiques. Par ailleurs, les données acquises annuellement sur les sites de l’ORE sont incluses dans celles fournies par ce réseau. Cet indice d’abondance en juvéniles de saumon est un des paramètres de base qui a servi à établir par cours d’eau des quotas d’exploitation par pêche à la ligne (Totaux Autorisés de Captures par rivières ou TAC). La méthodologie qui a servi à élaborer cet outil de gestion utilisé au niveau national a été mise au point par les équipes proposantes sur un des sites de l’ORE PFC (Oir).

Au niveau international

Comme cela a déjà été évoqué, les trois sites de l’ORE sont des rivières index à saumon pour le CIEM et de fait toutes les données concernant les flux de migrants juvéniles et adultes et leurs caractéristiques biologiques et environnementales sont intégrées dans la base de données de cet organisme. La création récente d’un comité de poissons anadromes et catadromes au CIEM va renforcer cette liaison internationale dans la mesure où le domaine spécifique de l’ORE concerne d’autres espèces amphihalines.

Les unités ESE, U3E et ECOBIOP appartiennent au réseau DIADFISH qui regroupe une quarantaine d'organismes de recherches de 18 pays européens travaillant sur les poissons amphihalins :

http://www.diadfish.org

Ce réseau rassemble des experts et des utilisateurs de la ressource amphihaline en prônant une approche multi spécifique visant à améliorer les connaissances et à assurer une gestion durable des poissons migrateurs en Europe. Ce réseau permet de disposer de bases solides pour les décisions à venir (concernant par exemple la directive cadre européenne sur l’eau) et d’outils d’ingénierie écologique performants au profit des poissons migrateurs européens en identifiant et en caractérisant les situations de références, les impacts anthropiques et les possibilités de prévention comme de restauration. Le but est également de tester des méthodes et des procédures pour assurer la protection et la sécurité de ces espèces menacées. Cette proposition est fortement liée à la directive cadre européennes sur l’eau, au réseau Natura 2000 et à la Directive faune-flore-habitats.