En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Logo Principal

Inra Productions Animales

Comparaison de 14 races ovines françaises autochtones par l’indice d’archaïsme

INRA Prod. Anim., 4 (4), 321-328.

A. BENADJAOUD, J.J. LAUVERGNE

INRA Laboratoire de Génétique Factorielle, 78352 Jouy-en-Josas Cedex

Résumé 

Une méthode basée sur l’emploi de notes et d’indices d’archaïsme a été utilisée pour comparer et classer 14 races ovines françaises autochtones et deux races exotiques (Mérinos de Rambouillet et Soay du Muséum). Des notes discrètes d’archaïsme (0-1, 0-1-2 ou 0-1-2-3-4 selon le cas) ont été attribuées à des caractères visibles dont les différents états sont apparus successivement après la domestication. Sept caractères ont été pris en compte : la longueur de l’oreille, le cornage, la présence de pendeloques, le format, la longueur de la queue, le profil frontonasal et la coloration. La comparaison a été faite à partir des indices d’archaïsme (somme des notes d’archaïsme, intervalle de variation 0-14) et l’analyse des composantes principales des notes d’archaïsme. De cette manière on distingue tout d’abord 2 races à indice d’archaïsme élevé (l’Ouessantine : 13, et la Landaise : 11) situées géographiquement à l’ouest du pays et qu’il est possible de rattacher à une première vague de peuplement en provenance du Moyen-Orient : la vague des races à queue courte d’où dérive encore un certain nombre de races de l’Atlantique Nord et de Scandinavie (témoin : la race Soay du Muséum). Les 12 autres races autochtones françaises (Aure et Campan, Barégeoise, Basco-béarnaise, Bizet, Brigasque, Commune des Alpes, Lourdaise, Manech à tête noire, Manech à tête rousse, Mourerous, Noire du Velay et Solognote) ont un indice d’archaïsme qui varie entre 3 et 8. Elles se rattachent à la seconde vague de peuplement dite « à queue longue et fine ». L’analyse en composantes principales permet en fait de distinguer deux vagues de races à queue longue et fine : l’une à chanfrein droit (à laquelle se rattacheraient toutes les races autochtones sauf la Basco-béarnaise et la Brigasque), l’autre à chanfrein busqué (la Basco-béarnaise et la Brigasque) (dont l’indice d’archaïsme, 3, est le plus faible) qui serait postérieure à la précédente.

Documents à télécharger