En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Logo Principal

Inra Productions Animales

Maîtrise de la composition du lait : influence des facteurs nutritionnels sur la quantité et les taux de matières grasses et protéiques

INRA Prod. Anim., 4 (5), 361-367.

A. HODEN, J.B. COULON*

INRA Station de Recherches sur la Vache laitière, 35590 Saint-Gilles

* INRA Laboratoire de la Lactation et de l’Elevage des Ruminants, Theix 63122 Saint-Genès-Champanelle

Résumé 

La composition chimique du lait dépend de facteurs liés à l’animal et au milieu. Parmi ces derniers, l’alimentation joue un rôle important : elle permet d’agir à court terme et de manière différente sur les taux de matières grasses et de protéines. Le taux protéique varie dans le même sens que les apports énergétiques (+ 0,6 g/kg par UFL supplémentaire aux alentours des recommandations). Il peut aussi être amélioré par des apports spécifiques en acides aminés (lysine et méthionine). Il est presque toujours diminué par l’adjonction de lipides, même protégés, dans la ration. Le taux butyreux dépend à la fois de la part d’aliment concentré dans la ration (et, quand celle-ci est élevée, de la nature de ces aliments concentrés), et du mode de présentation et de distribution de la ration (finesse de hachage, nombre de repas, mélange des aliments). Il peut être sensiblement augmenté par l’utilisation de certains aliments (ensilage de maïs, betteraves, lactosérum) ou additifs (substances tampons, monopropylène glycol). Il est donc possible de modifier sensiblement et dans des sens opposés le taux butyreux et le taux protéique. Dans l’avenir, des moyens synthétiques et objectifs d’appréciation de la qualité des rations (indice de fibrosité) devraient permettre d’améliorer la gestion des variations de ces taux.

Documents à télécharger