En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Logo Principal

Inra Productions Animales

Digestion des protéines végétales et hypersensibilité digestive chez le veau préruminant

INRA Prod. Anim., 9 (4), 255-264.

J.P. LALLES, R. TOULLEC

INRA Laboratoire du Jeune Ruminant, 65 rue de Saint-Brieuc, 35042 Rennes Cedex

Résumé 

Cet article présente les principaux résultats obtenus récemment sur la digestion des protéines végétales par le veau préruminant, et sur les réactions d’hypersensibilité digestive à médiation immunitaire que leur consommation peut occasionner. Les dosages immunochimiques des activités antigéniques des dérivés du soja doivent être réalisés avec des sérums hyperimmuns plutôt qu’avec des anticorps monoclonaux, et les résultats exprimés quantitativement (mg d’antigènes / g de matières azotées) plutôt que semi-quantitativement (titres). Des équations basées sur des critères analytiques, en particulier le taux de beta-conglycinine et l’activité antitrypsique, permettent de prédire avec précision la digestibilité apparente fécale de l’azote du soja. Lorsque du soja antigénique est consommé, des globulines immunoréactives échappent à la digestion dans l’intestin grêle, parmi lesquelles des polypeptides basiques intacts de la glycinine et des molécules intactes d’alpha-conglycinine.

La plupart des protéines du soja, en particulier la glycinine et la beta-conglycinine, interviennent comme allergènes dans des réactions immunitaires mettant en jeu des anticorps ou des cellules. Les troubles d’hypersécrétion et de motricité intestinales associés sont principalement liés à une libération d’histamine. L’accroissement de la densité des lymphocytes T auxiliaires (CD4+) dans la lamina propria intestinale et des lymphocytes T suppresseurs-cytotoxiques (CD8+) dans l’épithélium pourrait jouer un rôle important dans les altérations tissulaires de l’intestin, observées lors de la consommation prolongée de soja antigénique.

Parmi les autres protéines végétales, celles de blé et de lupin sont bien digérées et apparemment bien tolérées par le veau.

Documents à télécharger