En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Logo Principal

Inra Productions Animales

Les exploitations d’élevage bovin allaitant en zones défavorisées : évolution, questions. Analyse à partir d’un échantillon d’exploitations charolaises de grande dimension

INRA Prod. Anim., 9 (4), 285-297.

G. LIENARD, M. LHERM, D. BEBIN

INRA Laboratoire Economie de l’Elevage, Theix, 63122 St Genès Champanelle

Résumé 

L’augmentation des effectifs de vaches allaitantes en France a délocalisé en partie le troupeau vers les régions labourables avec productions laitières ou cultures de vente. Néanmoins, en 1995, près de 60 % des vaches allaitantes restent présentes dans les zones défavorisées et de montagne, où leur contribution est essentielle puisqu’elles utilisent 70 % des surfaces fourragères.

Les exploitations de bovins allaitants ont connu de fortes évolutions dans leurs structures et leurs types de production, qui ont été accélérées par la réforme de la PAC en 1993.

L’étude présente les évolutions récentes d’échantillons d’exploitations charolaises du Centre de la France en avance structurelle et technique, en les replaçant dans les trajectoires suivies depuis une quinzaine d’années. De nombreuses questions se posent aujourd’hui aux éleveurs, individuellement et collectivement : meilleure adaptation des types et des caractéristiques des animaux produits et gestion de l’amélioration génétique par rapport aux nouvelles exigences des marchés, que certaines mesures de la réforme peuvent faire oublier, arbitrage difficile entre la nécessité économique d’un développement continu en surface et en cheptel des exploitations en place et l’obligation d’installer suffisamment de jeunes pour assurer l’avenir du développement local de ces régions déjà peu peuplées, poids de la capitalisation nécessaire dans un système productif caractérisé par un rapport capital/revenu particulièrement élevé, ce qui rend très dure la transmission des exploitations. Au-delà, la crise bovine provoquée par l’ESB pose la question des équilibres quantitatifs et qualitatifs entre l’offre de viande et une consommation en régression, qui privilégie jusqu’alors la viande de réforme laitière. Comment soutenir économiquement, tout en le maîtrisant, un troupeau bovin (et ovin) allaitant indispensable à l’entretien des surfaces en herbe, créateur d’aménités, notamment dans les zones défavorisées et de montagne où il est le plus difficile à assurer.

Documents à télécharger