En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal

Inra Productions Animales

Economie et avenir des filières avicoles et cunicoles

INRA Prod. Anim., 16(5), 349-356.

PASCALE MAGDELAINE

Itavi, Service Economie, 4 rue de la Bienfaisance, 75008 Paris

Résumé

Depuis cinq ans, la production avicole française enregistre un arrêt de sa croissance, jusqu’ici continue, et connaît une crise durable de ses débouchés tant intérieurs qu’extérieurs. Si la France demeure de loin le principal producteur de l’Union Européenne avec près de 24 % du volume en 2002, sa part au sein de la production et des échanges intra communautaires tend néanmoins à décroître.

La production européenne souffre d’un déficit structurel de compétitivité avec les pays tiers (le différentiel de coût sortie abattoir entre l’UE et le Brésil est estimé à 45 % début 2003) qui, conjugué à la diminution du soutien à l’exportation inscrit dans les accords de Marrakech, s’est traduit par une diminution de la part de marchés de la volaille européenne dans des échanges internationaux en forte croissance. La production européenne est par ailleurs fortement concurrencée sur son propre marché intérieur par des produits d’importation en provenance de Thaïlande et du Brésil.

La consommation française et européenne de volailles progresse à un rythme sensiblement ralenti par rapport à celui de la consommation mondiale. Cette faible progression s’accompagne d’une segmentation du marché selon deux axes principaux : élaboration croissante des produits et différenciation qualitative. Cependant, seul le marché français présente une segmentation qualitative significative en volume. A l’avenir, l’enjeu essentiel pour l’aviculture européenne sera la conservation du marché intra-communautaire. Les attentes des consommateurs favorisent a priori les productions locales sur le marché du frais. Sur le marché des produits élaborés, la concurrence des pays tiers devrait s’intensifier.

Les productions française et européenne d’œufs de consommation enregistrent une évolution faiblement positive sur la dernière décennie, marquée par un fort développement de la production d’ovoproduits et une diversification des modes d’élevage. La mise en œuvre de la Directive ’Bien-être’ conjuguée à l’ouverture du marché communautaire attendue lors des prochaines négociations à l’OMC laissent cependant planer une menace sur la compétitivité des filières européennes.

Enfin, la production cunicole souffre du déclin déjà ancien de la production traditionnelle, alors que depuis 1997, la production rationnelle est fragilisée par des problèmes sanitaires. Le marché de la viande de lapin reste étroit et orienté à la baisse. Le maintien des volumes passera certainement par une segmentation encore timide de l’offre.

Documents à télécharger