En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal

Inra Productions Animales

L’acidose latente chez la vache laitière

INRA Prod. Anim., 19(2), 79-92.

J.L. PEYRAUD, E. APPER-BOSSARD

INRA, Agrocampus Rennes,UMR Production du Lait, F-35590, Saint-Gilles

Résumé

L’acidose latente constitue aujourd’hui une cause d’inefficacité zootechnique des rations bien établie et est de ce fait l’une des préoccupations majeure pour la nutrition moderne des ruminants à haut potentiel. Les vaches laitières sont amenées à traiter des quantités très importantes de matière organique rapidement fermentescible dans le rumen ce qui met en péril le contrôle de l’acidité ruminale et à terme l’homéostasie de l’animal. Les facteurs à risques sont maintenant bien connus. Au premier rang figurent le niveau d’ingestion, les glucides à dégradation rapide et le hachage excessif des ensilages de maïs. S’il n’est pas toujours souhaitable de réduire le niveau d’ingestion, on peut réduire les risques en limitant les niveaux d’apport de glucides à dégradation très rapide (blé, orge, pulpes) et en veillant à la présentation physique du fourrage. Il n’y a malheureusement pas encore de systèmes permettant de raisonner précisément les rations sur la combinaison de ces facteurs. Les rations infra-optimales peuvent être sécurisées par la distribution de tampons. Plus récemment, il est apparu que l’enrichissement en cations et le niveau d’apport de protéines sont aussi des facteurs de sécurisation des rations. La gestion des risques d’apparition d’acidose latente doit être préventive et passe par un meilleur équilibre global de la ration. En l’absence d’un système fiable de prévision des zones à risques, il est préférable de ne pas incorporer plus de 20 % de glucides rapidement dégradables dans la ration surtout si leur bilan électrolytique est faible, ce qui est le cas du blé, de l’orge et les pulpes de citrus et veiller à ce que le fourrage rendu dans l’auge ne soit pas haché trop finement. Les rations peuvent également être sécurisées par l’apport de substances tampon à raison de 1 % de la MS et /ou par un apport de cations permettant d’atteindre un bilan électrolytique proche de 200 mEq/kg MS ainsi que par le maintien d’un niveau d’apport protéique proche de 100 g PDIE/UFL. Ces précautions apparaissent plus efficaces pour gérer les excès d’acidité que l’incorporation de paille dans la ration. Il n’est pas non plus nécessaire d’apporter des protéines dégradables en excès ce qui n’aura d’autre effet que d’accroître les rejets azotés.

Documents à télécharger