En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Logo Principal

Inra Productions Animales

La réduction des rejets avicoles et porcins par la sélection

Inra Prod.Anim., 23 (5), 415-426

S. MIGNON-GRASTEAU¹, M. BOURBLANC ²,³, ⁴, ⁵, B. CARRE ¹, J.-Y. DOURMAD ⁸, ⁹, H. GILBERT ⁶, ⁷, H. JUIN ¹⁰, J. NOBLET ⁸, ⁹, F. PHOCAS ⁶, ⁷

1 INRA, UR83 Recherches Avicoles, F-37380 Nouzilly, France

2 INRA, UMR1273 Mutations des Activités, des Espaces et des Formes d’Organisation dans les Territoires Ruraux, F-63122 Saint-Genès Champanelle, France

3 AgroParisTech, Mutations des Activités, des Espaces et des Formes d’Organisation dans les Territoires Ruraux, F-75231 Paris, France

4 CEMAGREF, Mutations des Activités, des Espaces et des Formes d’Organisation dans les Territoires Ruraux, 24 avenue des Landais, F-63172 Aubière, France

5 VetAgroSup, Mutations des Activités, des Espaces et des Formes d’Organisation dans les Territoires Ruraux, Site de Marmilhat, F-63370 Lempdes, France

6 INRA, UMR1313 Génétique Animale et Biologie Intégrative, F-78352 Jouy-en-Josas, France

7 AgroParisTech, Génétique Animale et Biologie Intégrative, 16 rue Claude Bernard, F-75231 Paris, France

8 INRA, UMR1079 Systèmes d’Elevage Nutrition Animale et Humaine, F-35590 Saint-Gilles, France

9 Agrocampus Ouest, Systèmes d’Elevage Nutrition Animale et Humaine, F-35000 Rennes, France

10 INRA, UE1206 EASM, Saint-Pierre d’Amilly, F-17700 Surgères, France

Résumé

Du fait de leur forte concentration dans certaines zones en France, les productions avicoles et porcines sont associées à de nombreux problèmes environnementaux dus à l’épandage de leurs rejets. Outre la quantité brute de rejets, leur composition, notamment en azote, phosphore et oligoéléments, est une source de pollution des eaux et des sols. Jusqu’ici, les solutions envisagées pour réduire ces rejets portaient soit sur le traitement a posteriori des rejets, soit sur la réduction des rejets en amont, essentiellement en modifiant les régimes alimentaires des animaux. La sélection d’animaux produisant moins de rejets n’était en revanche envisagée que comme un sous-produit de l’amélioration de l’efficacité alimentaire de l’animal. Le but de cette synthèse est donc de faire un tour d’horizon des différentes voies d’amélioration génétique permettant de réduire quantitativement les rejets ou d’améliorer leur composition pour produire un fertilisant organique écologique. La sélection indirecte de caractères liés à l’efficacité de la digestion ou au métabolisme de l’animal est abordée dans un premier temps. Dans un deuxième temps, nous présentons les premiers résultats montrant qu’il est possible de sélectionner directement sur la composition des rejets.

Documents à télécharger