En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal Région Occitanie Pyrénées-Méditerranée Logo INRA

PSDR Occitanie - Pour et Sur le Développement régional

Renforcer les interactions recherche-développement pour adapter l’élevage !

photographie Rami fourrager
© Y. Kouzmine / INRA
Entretien avec Jean-Christophe Moreau de l'Institut de l'élevage (Idele), acteur impliqué dans le développement du Rami Fourrager®
Portait Jean-Christophe Moreau

Jean-Christophe Moreau, Chef de Projet au Service fourrages et pastoralisme de l’Institut de l’élevage (Idele) s’est fortement investi au côté des chercheurs du projet PSDR CLIMFOUREL dans la conception et le déploiement du Rami Fourrager®, jeu participatif de conception de systèmes d’élevage. Au travers de cet interview, il revient sur l’intérêt partagé entre recherche et développement autour de cet outil, sur la nature concrète de son engagement, ainsi que sur la manière dont les éleveurs ont perçu cette démarche innovante.

© IDELE

PSDR : L’Institut de l’Élevage (IDELE) s’est investi de manière significative dans le processus de création et de mise en œuvre du Rami Fourrager®. En quoi cet outil intéresse-t-il l’IDELE et comment peut-il répondre à certaines de ses missions ?

L’Institut de l’Élevage a pour mission générale d’accompagner les éleveurs, et leurs structures d’encadrement et de conseil, dans un contexte en perpétuelle mutation. Son cœur de métier est la production, mais aussi l’assemblage de connaissances élaborées tant par la recherche publique que par les éleveurs. Ses produits sont pour l’essentiel des méthodes, des conseils, des références et des recommandations validés et régulièrement actualisés.

Compte tenu de ces éléments, le concept du Rami Fourrager® porté par l’UMR AGIR (INRA Toulouse) correspondait donc tout à fait aux objectifs et ambitions de l’IDELE, et en particulier à ceux du projet Casdar « PraiCoS » que nous animons. Ce projet élaboré par le RMT Prairies a en effet pour ambition de rénover les méthodes de conseil autour de la prairie.

Le RMT Prairies s’était construit autour de l’idée que le maintien en bonne place des prairies dans les systèmes d'élevage relevait davantage de problématiques de développement et d'organisation du conseil en vue de lever des freins, que d’un problème de reconnaissance des atouts économiques et environnementaux de la prairie. Ce dont tout le monde convenait.

Dans le cadre de ce projet, et d’un autre auquel nous participons (le projet « PraiFACE » du Réseau agriculture durable RAD), des enquêtes ont montré que les éleveurs plébiscitent les démarches de réflexion en groupe, au travers desquelles ils peuvent partager leurs connaissances. Le Rami Fourrager répond également à cette attente. Les raisons étaient donc nombreuses pour que l’IDELE soutienne le développement de ce jeu, notamment dans le cadre du projet PraiCoS.

PSDR : Quelle a été votre contribution personnelle à cette démarche de recherche-développement ?

En tant qu’animateur du RMT Prairies, lors d’une des neuf journées d’étude de ce réseau, j’ai pu contribuer avec l’équipe de l’UMR AGIR à créer l’occasion pour les partenaires du réseau de découvrir le concept du jeu et son fort potentiel.

Ensuite, comme animateur du projet PraiCoS, mon rôle vise à créer du lien, à proposer des objectifs et des moyens pour un travail de co-production entre les partenaires du projet. Ma contribution a consisté d’abord à prévoir dans le projet PraiCoS une ligne budgétaire pour le soutien à des outils jugés innovants, puis à concentrer cet effort sur le Rami Fourrager® en finançant, par exemple, des stagiaires, des CDD et des déplacements.

Créer du lien c’est également mettre à disposition le partenariat construit pour le projet PraiCoS, par un travail basé sur la connaissance des attentes de ces partenaires. C’est ainsi qu’ont pu être mobilisés, par exemple, des groupes de développement affiliés au RAD, qui se sont avérés précieux pour le co-développement du jeu, et complémentaires des Chambres d’Agriculture avec lesquelles nous entretenons des relations régulières.

Ma contribution « technique » au développement du Rami fourrager® n’a sans doute pas été la plus décisive, même si aux côtés des autres partenaires et avec d’autres collègues, j’ai apporté la patine et la marque de l’Institut de l’Élevage, par l’apport de connaissances permettant d’étendre le jeu à d’autres filières (Ovin Lait, Ovin Viande, Caprins, Bovin Viande, etc.) et de prendre en compte d’autres aspects que le seul équilibre entre ressources et productions fourragères (paille, concentrés, coûts, etc.)

Ce travail de lien va se poursuivre en 2013 par une tentative d’extension du jeu au pastoralisme, avec d’autres partenaires porteurs eux aussi d’idées et de connaissances, et prêts à les intégrer à ce « pot commun ». 

PSDR : Enfin, pouvez-nous nous donner votre sentiment sur la manière dont les éleveurs mobilisés dans la démarche ont reçu cet outil ? Et quelles perspectives d’amélioration cela peut-il engendrer ?

Le Rami Fourrager® a été bien perçu par les éleveurs comme l’ont montré les évaluations conduites à la suite des ateliers de jeu. Quand ils adhèrent au concept – ce qui nécessite bien sûr une certaine ouverture d’esprit puisque l’idée est de donner autant que de recevoir –, les éleveurs en viennent rapidement à proposer, à tester, à évaluer et recueillent ainsi les avis et les idées de leurs pairs. J’ai pu observer lors d’une séquence de jeu que les idées brassées dépassent ce que le jeu permet de simuler : des échanges productifs peuvent ainsi naitre sur les techniques de semis, la résistance de certains couverts, etc.

La préparation du jeu, qui peut paraitre lourde de prime abord, doit être considérée par le technicien/animateur comme un investissement dans son métier et une occasion de questionner et rassembler ses savoirs. Les ateliers de jeu peuvent être révélateurs de lacunes de connaissances techniques, ou pour être plus positif, de besoins à combler. Cela aussi doit être porté à l’actif du jeu.

Le jeu conduit le technicien à faire évoluer sa posture : il passe de transmetteur de connaissances à un rôle d’animateur et de facilitateur de l’expression des savoirs détenus par les éleveurs. Cela peut paraître complexe à gérer, mais cela correspond à une demande de nombreux éleveurs et c’est susceptible d’enrichir profondément la relation, souvent ambigüe, entre conseilleurs et conseillés.

Enfin, si le Rami Fourrager® peut contribuer à rapprocher les éleveurs entre eux ainsi qu’avec les techniciens, son principe de co-construction permet de créer des interactions entre la recherche et le développement, les uns et les autres ayant pris beaucoup de plaisir à faire évoluer ensemble ce jeu.
Par le passé, de nombreux outils sur le même objet ont connu des échecs patents pour avoir été parachutés (logique top-down) ou pour n’avoir pas suffisamment tenu compte des besoins et des contraintes des différents acteurs en présence. Tenter d’échapper à cette fatalité, c’est ce qui nous uni et nous permet d’être plus proches des attentes des éleveurs.