En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu OLA Allenvi AnaEE France

OLA : Description de l'Observatoire des LAcs

Dynamique des communautés piscicoles : Compréhension des dynamiques et facteurs de régulation

Partenaires impliqués : CARRTEL

Cadrage : Les lacs périalpins abritent une diversité ichtyologique originale (à l'échelle régionale et nationale) puisque se côtoient des espèces d’eau froide en limite sud de leur aire de répartition (omble chevalier, corégone) qui trouvent des refuges thermiques dans les milieux profonds, mais également des espèces eurythermes dans les couches supérieures (cyprinidés et percidés). Ces poissons constituent une ressource importante pour les pêcheries professionnelles et récréatives qui sont un maillon de l'activité socio-économique locale. Par ailleurs, l'ichtyofaune joue un rôle important dans le fonctionnementtrophique des lacs notamment en tant que régulateur de la chaîne alimentaire (effet "top-down"), et leur durée de vie (longue) leur confère une qualité d'intégrateur d'état et de changements d’état des écosystèmes (ex : modifications de taux de croissance en lien avec les conditions thermiques ou trophiques ; Perrier et al 2012).

Dans le contexte actuel de changement climatique et de fortes contraintes anthropiques locales (occupation des bassins versants et gestion des populations de poissons), l’ichtyofaune lacustre est soumise à des pressions qui pourraient impacter de façon notable les activités de pêche et la qualité des eaux des lacs (e.g. Anneville et al 2013). Dans le but de mesurer les changements dans l’abondance et la composition de ces communautés de poissons, et d’en identifier les causes et mécanismes, une série de suivis a été mise en place dans le cadre de OLA (indicateurs basés sur l'analyse du régime alimentaire de certaines espèces, dynamique de croissance via l’analyse de pièces calcifiées, suivis d’abondance des populations, phénologie de reproduction du corégone et de la perche). L’ensemble des données produites sont  traitées dans le cadre de différents programmes de recherche et servent à alimenter des modèles de fonctionnement des écosystèmes et d’impact de la gestion piscicole.

 

Ce que dit l’analyse des séries ‘historiques’ de captures 

Le travail débuté en 2013 sur le calcul des CPUE (capture par unité d’effort) a été étendu à l’ensemble des populations piscicoles exploitées dans les  lacs de OLA. Ce programme a été réalisé en collaboration avec IRSTEA Bordeaux. Des séries long-terme de CPUE ont été construites à partir d’un indice d’effort de pêche. L’étude de ces CPUE (indicateur d’abondance des stocks) a permis de caractériser les trajectoires des communautés piscicoles sur 33 ans dans le Léman (1979 à 2012), 13 ans dans le lac d’Annecy (1998 à 2011) et 25 ans dans le lac du Bourget (1987 à 2012). La dynamique interannuelle des espèces a été étudiée à l’aide de modèles mixtes appliqués. Ces modèles ont mis en évidence les différents facteurs environnementaux qui affectent l’abondance du corégone, du brochet et de la perche.

 

Un suivi standardisé des communautés piscicoles initié dans les lacs du Bourget et d’Annecy 

Le principal objectif est de coupler des méthodes complémentaires de suivis des espèces et du peuplement (pêches aux filets, acoustique et statistiques de pêche), afin de dégager des tendances d’évolution des peuplements de poisson qui sont mises en relation avec l’état écologique du lac (Yule et al 2013 ; Guillard et al 2014). L'ichtyofaune est prise en compte dans une approche ‘bio-indicateur’ de l’état écologique du lac. Ces études sont inscrites contractuellement dans les suivis limnologiques pour les lacs d’Annecy et du Bourget (cf rapports Domaizon  et al 2014, 2013 ; Jacquet et al 2014, 2013).

 

Comprendre la dynamique d’espèce emblématique : le cas de l’Omble chevalier

En raison des problèmes d’eutrophisation au cours du siècle dernier, certaines populations piscicoles ont eu besoin d’un soutien qui s’est réalisé par le pacage lacustre. Dans le contexte de réoligotrophisation, la nécessité de poursuivre ce pacage lacustre a été étudiée notamment en considérant la contribution du pacage lacustre pour le stock d’Omble chevalier (Salvelinus alpinus), espèce emblématique de ces lacs. Il a été démontré que, dans le contexte de réoligotrophisation des lacs alpins, l’essentiel des captures d’ombles est assuré grâce au pacage lacustre (Caudron et al 2014). Malgré cela on observe depuis plusieurs années une chute des prises révélant la présence de facteurs de pressions autres que la seule eutrophisation. Les principales hypothèses explicatives sont : i) des effets thermiques (température des eaux profondes ; cf perspectives 2015-2020) ii) une expansion de populations prédatrices (brochet, lotte), iii) une faible différenciation génétique des populations actuelles.