En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal logo SOERE PRO Logo CIRAD Logo AnaEE Logo IRD Logo Ouagadougou university

valOr PRO : valorisation agricole des Produits Résiduaires Organiques SOERE PRO

Les pratiques d'amendement organique, facteurs potentiels favorisant l'émission par les sols de composés organiques volatils biogéniques dans les agrosystèmes

Kevin Potard (a,b), Cécile Monard (a), Jean-Luc Le Garrec (b), Jean-Pierre Caudal (a), Nathalie Le Bris (a), Françoise Binet (a)

Potard & al., 2017
Agriculture, Ecosystems & Environment Volume 250, 1 Décembre 2017, Pages 25-36 and Volume: 255, Mars 2018, Pages: 119-120

Le sol terrestre est la principale interface impliquée dans le bilan du carbone et joue donc un rôle essentiel dans la qualité de l'air car il contribue directement au réchauffement planétaire en étant une source de gaz à effet de serre émis par les sols vers la troposphère [1]. Ces émissions concernent principalement le dioxyde de carbone (CO2) ainsi que des gaz tels que le méthane (CH4) et l'oxyde nitreux (N2O) [2] ou bien les composés organiques volatils (COV). Les COV (isoprène, terpènes, alcanes, alcènes, alcools, esters, carbonyles et acides) jouent un rôle important dans la chimie atmosphérique et la pollution et contribuent indirectement au réchauffement planétaire. Les processus biogéniques naturels constituent les principales sources de COV libérés dans l'atmosphère [3]. Si les émissions de COV par les plantes sont relativement bien documentées, on s’est beaucoup moins intéressé aux émissions des COV provenant des sols et des déchets organiques qu’ils reçoivent. Les COV biogéniques libérés par le sol sont produits lors de la décomposition et de la dégradation de la matière organique du sol (MOS) par les microorganismes [4] présents dans le sol. Les amendements organiques du sol augmentent la teneur en MOS et la biomasse microbienne [5]. Dans la présente étude, nous avons testé l’hypothèse selon laquelle la fertilisation du fumier contrôle les flux de COV biogéniques émis par les sols en affectant les microorganismes du sol. Nous avons donc cherché à déterminer si les amendements organiques des sols modifiaient la diversité des COV émis par les sols, s'ils augmentaient le flux de C-COV émis par les sols et s'ils affectaient la diversité bactérienne.

Fig Potard 2017

Résultats majeurs

Nous avons examiné si les amendements organiques répétés du lisier de porc (PS) et du lisier méthanisé (MPS) affectaient les communautés bactériennes actives et modifiaient la diversité et le flux de C des COV émis par les sols par rapport aux parcelles témoins sans fertilisation (C) (figure 1).

Fig.1 Potard 2017

Figure 1 : Diversité des spectres de VOCs émis. Aucun effet de l’historique de fertilisation sur 5 ans n’a été observé, ni sur la composition des communautés bactériennes ni sur les émissions de COV du sol (voir Barre d’entrée avant chaque traitement). Les sols cultivés émettaient des quantités importantes d’acétonitrile (masse m42, violette) indépendamment de la fertilisation du fumier. Le PS a activé Bacillus sp. dans le sol mais pas le MPS (non représentée) et a profondément modifié le spectre des COV avec une augmentation du méthanol qui est dominant (masse m33).

Les effets à long terme de l'historique de fertilisation des amendements et l'impact à court terme des intrants organiques ont été examinés en mesurant les émissions de COV et en analysant la diversité bactérienne active juste avant et jusqu'à 64 jours après amendement. Les émissions de COV du sol (diversité et flux) variaient naturellement avec les variations de température et de précipitations, indépendamment des apports de fumier. Aucun effet de l’historique de fertilisation sur 5 ans n’a été observé sur la composition des communautés bactériennes ni sur les émissions de COV du sol. Cependant, les deux apports de fumier (PS et MPS) ont été associés à une inoculation de γ-Protéobactéries (Pseudomonas sp. Et / ou Marinospirillum sp.) dans les sols au-dessus desquelles l’amendement de PS a activé le Bacillus sp. naturellement présent (Firmicutes). Les spectres de COV étaient principalement dominés par le méthanol et l'acétonitrile, les émissions d'acétonitrile ne dépendant pas des pratiques biologiques. Les flux de C-COV du sol vers l'atmosphère variaient de 12 à 76 µg de C-COV h-1 m-2 dans les parcelles témoins (figure 2).

fig.2 Potard 2017

Figure 2 : Flux de C-VOCs  émis par les sols. Le PS de porc a doublé les flux de C-COV émis dans l'air, tandis que le MPS a abaissé les flux de C-COV dans la parcelle témoin.

PS et MPS impactent différemment les émissions de COV du sol: l’amendement de PS a doublé les flux de C-VOC en raison d'une forte émission de méthanol, tandis que l’amendement de MPS a réduit les flux de COV encore plus que pour les parcelles non amendées (contrôle), ce qui présente un grand intérêt dans le contexte de l'atténuation des gaz à effet de serre dans l'agriculture. Nos résultats suggèrent que les flux de sol pourraient, dans certaines conditions, ne pas être marginaux par rapport aux flux de plantes et être potentiellement entraînés par de nouvelles utilisations des sols en agriculture.

Références

1. Oertel, C., Matschullat, J., Zurba, K., Zimmermann, F., Erasmi, S., 2016. Greenhouse gas emissions from soils—a review. Chemie der Erde – Geochem. 76, 327–352.

2. Lashof, D.A., Ahuja, D.R., 1990. Relative contributions of greenhouse gas emissions to global warming. Nature 344, 529–531.

3. Leighton, P. (2012). Photochemistry of Air Pollution.  Elsevier.

4. Atkinson, R., Arey, J., 2003a. Gas-phase tropospheric chemistry of biogenic volatile organic compounds: a review. Atmos. Environ. 37, 197–219.

5. Ramirez, K.S., Lauber, C.L., Fierer, N., 2009. Microbial consumption and production of volatile organic compounds at the soil-litter interface. Biogeochemistry 99, 97–107.

6. Leff, J.W., Fierer, N., 2008. Volatile organic compound (VOC) emissions from soil and litter samples. Soil Biol. Biochem. 40, 1629–1636.

Affiliations

a Université de Rennes 1, CNRS UMR 6553 ECOBIO, Campus de Beaulieu, 265 Av. Général Leclerc, 35042 Rennes Cedex, France

b Université de Rennes 1, CNRS UMR 6251, Institut de Physique de Rennes, Campus de Beaulieu, 265 Av. Général Leclerc, 35042 Rennes Cedex, France