En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal logo SOERE PRO Logo CIRAD Logo AnaEE Logo IRD Logo Ouagadougou university

valOr PRO : valorisation agricole des Produits Résiduaires Organiques SOERE PRO

Premiers résultats du monitoring des émissions de N2O sur le site EFELE

Morvan et al.
© Morvan et al.
Fléchard C, de Oliveira AB, Morvan T ; UMR INRA Agrocampus SAS, Rennes

Résumé

Un dispositif constitué de 6 chambres automatiques assure le monitoring des émissions de N2O et de CO2, sur EFELE, depuis février 2013.  Les chambres ont été installées sur 2 parcelles expérimentales, à raison de 3 répétitions par parcelle, afin de quantifier les émissions gazeuses résultant de la fertilisation avec du lisier de porc (LP), en comparaison avec  la fertilisation  minérale azotée (AN).

Un travail méthodologique a été réalisé au printemps 2014, pour caractériser la variabilité spatiale des flux  de N2O à l’échelle de la parcelle expérimentale, et évaluer la représentativité des mesures réalisées avec les 3 chambres automatiques. Pour faire cette évaluation, 8 chambres statiques ont été disposées sur chaque parcelle expérimentale, permettant de faire ponctuellement 8 mesures supplémentaires par parcelle.  Les mesures dans les chambres statiques ont été échelonnées entre  mai et juin, durant la période d’émission active suivant les apports de fertilisants. Ce travail conduit à admettre une représentativité correcte des émissions de N2O  par les 3 chambres automatiques.  

Le monitoring des émissions de N2O montre des niveaux d’émission élevés pour les deux premières  années de mesure (2013 et 2014). Des pics d’émission supérieurs à 10 g N-N2O/ha.h  ont été mesurés après les apports d’engrais minéral. Les dynamiques d’émission ont été différentes entre les 2 traitements étudiés, avec des pics d’émission plus faibles après apport de lisier, et se produisant plus tard.

On met en évidence un effet important du labour en 2014, ayant eu pour effet ‘d’inverser’ les  flux entre les traitements  AN et LP,  avec une interruption des émissions sur le traitement AN, après le labour, alors que les émissions ont été stimulées pour le traitement organique LP.

Le monitoring montre enfin que des émissions significatives se produisent en dehors des périodes d’apport de fertilisants (juin 2013, janvier et mars 2014), même dans des contextes pour lesquels on peut  supposer que les teneurs en nitrate de l’horizon de surface étaient très faibles (mars 2014).

Documents à télécharger