En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal logo SOERE PRO Logo CIRAD Logo AnaEE Logo IRD Logo Ouagadougou university

valOr PRO : valorisation agricole des Produits Résiduaires Organiques SOERE PRO

L’effet de l’apport couplé de résidus de coupe de canne à sucre et de PRO, sur la dynamique de décomposition du paillis et les émissions de gaz à effet de serre

Kyulavski et al.
Kyulavski V, Recous S, Garnier P, Paillat JM, Thuriès L

L’effet de l’apport couplé de résidus de coupe de canne à sucre et de PRO, sur la dynamique de décomposition du paillis et les émissions de gaz à effet de serre

Kyulavski V1,4,5, Recous S3, Garnier P4, Paillat JM2, Thuriès L1

  • 1 CIRAD, UPR Recyclage et Risque, Saint-Denis La Réunion, France
  • 2 CIRAD, UPR Recyclage et Risque, Montpellier, France
  • 3 INRA-Université de Reims, UMR FARE, Reims, France
  • 4 INRA-AgroParisTech, UMR1402 EcoSys, F-78850 Thiverval-Grignon, France
  • 5 ADEME, Angers, France

Mots-clefs : Décomposition au champ, Gaz à effet de serre, Paillis de canne à sucre, Produits résiduaires organiques, Apports couplés, Matière organique

L’utilisation de produits résiduaires organiques (PRO) en substitution d’engrais minéraux est encouragée, afin de préserver la fertilité des sols, en valorisant des matières organiques, autrement considérées comme des déchets. La valorisation des PRO au champ contribue au bouclage des cycles biogéochimiques à une échelle souvent locale, selon une logique d’économie circulaire. Dans les régions tropicales, la canne à sucre est un bon candidat à la fertilisation par les PRO. Lors de la récolte de la canne à sucre, une partie de la biomasse est souvent laissée au sol, formant un paillis qui se décompose durant le cycle cultural et qui peut donc être associé aux PRO. L’impact en termes d’émissions de gaz à effet de serre (GES) des sols, à la fois recouvert d’un paillis et recevant des PRO, a été peu étudié dans la littérature.

Nous avons mesuré le taux de décomposition du paillis, les émissions de dioxyde de carbone (CO2) et d'oxyde nitreux (N2O) sur le site du SOERE PRO à la Réunion, après l’apport de lisier de porc (LP), de boues de station d’épuration (BA) et de l'urée (U). D’autre part, nous avons appliqué deux niveaux de paillis : 10 t MS ha-1, pour LP, BA et U ; et 5 t MS ha-1 (0.5) pour LP et U, formant ainsi 5 modalités : LP, BA, U, U0.5 et LP0.5.

Indépendamment, afin d’investiguer les éventuelles interactions entre les PRO et la paille lors d’un apport couplé, nous avons effectué des incubations en conditions contrôlées sur 180 jours. Nous avons mesuré le potentiel de minéralisation du C et du N pour les 3 matières organiques seules, paille (Pi), boue de station d’épuration (BAi) et lisier de porc (LPi), ou en mélange (P-BA et P-LP).

Au champ, la vitesse de décomposition de BA (0.13 t MS ha-1 j-1) était deux fois supérieure, entre la deuxième et la quatrième semaine après l’apport, comparé à celles de U (0,06 t MS ha-1 j-1) et de LP (0.05 t MS ha-1 j-1). Toutefois, au jour 120, la masse sèche restante n’était pas significativement différente entre les différentes modalités. En outre, la perte de C du paillis a été proportionnelle à la quantité initiale de paillis, dans la gamme testée (5 ou 10 t MS ha-1). Dans les 49 jours après fertilisation, les apports de lisier de porc ont généré le plus de GES, alors que l’apport de boues de stations d’épurations était caractérisé par les émissions les plus faibles. Les émissions de CO2 ont doublé lors de l’application de 10 t MS ha-1 de paillis et d’urée, mais cet effet de la quantité de paillis n’a pas été détecté pour les modalités avec du lisier de porc.

Les potentiels de minéralisation de C des mélanges étaient supérieurs aux potentiels de minéralisation de C des PRO seuls. Les cinétiques de minéralisation de C ont été caractérisées par une vitesse de minéralisation supérieure des PRO et des mélanges PRO-paille, comparé à la paille seule.

Les résultats obtenus au champ montrent l’impact de la forme physico-chimique des apports sur les émissions de GES, lors d’une application dans des systèmes couplées PRO-paille. Les synergies constatées dans ces systèmes couplés, lors des incubations en conditions contrôlées, sont le résultat de l’apport de N par les PRO, qui a permis une minéralisation du C plus rapide.

La substitution de l'urée par des sources organiques de N et la quantité de résidus de coupe laissés au sol lors de la culture de canne à sucre, peut affecter les émissions de GES et l'empreinte carbone de l’agroécosystème. Cette étude met en perspective le recyclage des déchets organiques à l'échelle locale et l’utilisation alternative de la biomasse, tel que le paillis de canne à sucre.